Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Karl-Friedrich Scheufele (à gauche), co-président de Chopard, avait présenté le savoir-faire de la marque au conseiller fédéral Alain Berset l'an dernier à Baselworld (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

La marque genevoise Chopard, qui a annoncé à Baselworld qu'elle ne s'approvisionnera plus qu'en or durable, a vécu une belle année 2017. Elle a enregistré une croissance de 10%, qui devrait se répéter en 2018.

"L'an dernier, nous avons connu une belle performance aussi bien dans l'horlogerie que dans la bijouterie", a déclaré Karl-Friedrich Scheufele, co-président de la société, dans un entretien accordé à l'ats lors de Baselworld. En nombre de pièces, la bijouterie a progressé de 20% en 2017.

Chopard produit environ 65'000 montres et 70'000 bijoux par an. Au niveau des marchés, l'Asie et en particulier la Chine s'est bien redressée l'an dernier et l'Europe s'est reprise. "L'Amérique était toutefois à la traîne".

Une année de travail

La marque, qui conçoit la Palme d'or du Festival de Cannes, a fait sensation à Baselworld en annonçant qu'elle allait produire dès juillet ses collections joaillières et horlogères avec 100% d’or extrait de manière durable. Cette mesure fait écho à un récent rapport de Human Rights Watch.

Actuellement, 95% de la production reste façonnée avec de l'or traditionnel, non certifié. Cette part est encore plus élevée chez ses concurrents. "Il nous a fallu un travail d'une année pour basculer dans cette logique, car on a dû remplacer petit à petit l'or traditionnel par d'autres approvisionnements dans toute la chaîne de production", explique Karl-Friedrich Scheufele.

"Le fait que tout l'or devienne traçable permettra d'avoir une gestion moins compliquée", ajoute le co-président. Si l'or éthique a un coût, Karl-Friedrich Scheufele estime que ce ne sera pas un problème pour les clients qui seront ainsi "rassurés sur la provenance et pourront pleinement savourer leur achat".

L'indépendance comme atout

Interrogé sur l'indépendance de la marque qui reste en mains familiales, le co-président estime que Chopard a la masse critique nécessaire pour rester indépendante. "Nous avons une production très verticalisée et possédons beaucoup de métiers à l'interne".

De plus, au niveau de la distribution, la marque est bien positionnée, possèdant 60 magasins en propre, en plus des détaillants traditionnels. "Nos partenaires commerciaux aiment travailler avec une entreprise familiale. Je pense que c'est plutôt un atout", ajoute Karl-Friedrich Scheufele.

La société emploie un millier de personnes en Suisse, dont l'essentiel à Genève et Fleurier (NE). L'effectif est resté stable l'an dernier, mais Chopard a procédé à quelques engagements depuis le début de l'année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS