Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aux Etats-Unis, les pompiers s'efforçaient mercredi de maîtriser un incendie de forêt qui sévit en lisière de Colorado Springs, la deuxième ville du Colorado. Cet incendie a doublé de superficie en une seule journée, contraignant au moins 36'000 personnes à évacuer les lieux.

Les flammes, attisées par des vents chauds, ont réduit à l'état de cendres un certain nombre d'habitations dans la périphérie boisée de la ville, ce qui a entraîné de nouvelles évacuations mercredi. Le président américain Barack Obama compte aller dans la région vendredi pour se rendre compte de la situation.

"C'est une tempête de feu aux proportions épiques", a résumé le chef des pompiers de la ville, Richard Brown, cité par le quotidien local Denver Post.

Dans le chaos engendré par la progression des flammes, les autorités n'étaient pas en mesure de dire combien de maisons exactement ont été dévastées jusqu'à présent. Le chef des pompiers de Colorado Springs, Rich Brown, estimait que le sinistre constituait une menace pour sa ville - située dans une agglomération de plus de 650'000 habitants - et qu'il était loin d'être contenu.

"La pire saison des incendies"

L'incendie a continué à progresser dans la journée de mercredi, détruisant au total près de 7500 hectares de végétation. Aucune victime n'était à déplorer, a déclaré sur la chaîne CNN le gouverneur du Colorado John Hickenlooper.

M. Hickenlooper a précisé que les causes de l'incendie, baptisé "feu du canyon de Waldo" (Waldo Canyon Fire) depuis son départ samedi, restaient inconnues. "Nous avons certains indices selon lequels cela pourrait être criminel, mais certains pensent que cela pourrait aussi être la foudre", a-t-il dit.

"Le vent souffle généralement dans une seule direction. Nous n'avons jamais vu une progression comme celle-ci", a déclaré le commandant des opérations, Rich Harvey, lors d'un point presse. L'incendie "se comporte de manière totalement imprévisible", a-t-il ajouté, avant de préciser que les vents atteignaient près de 100 kmh.

ATS