Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil de la presse se penche sur la question des commentaires de lecteurs sur des médias en ligne. Il critique la pratique qui consiste à contrôler les commentaires à posteriori, qui "n'est guère compatible avec la déontologie des journalistes".

"Même si la rédaction corrige un dérapage après coup, cela ne change rien au fait qu'elle porte la responsabilité d'une violation temporaire" de la Déclaration des devoirs et des droits du journaliste, souligne le Conseil de la presse mardi. Par ailleurs, les commentaires en ligne devraient en principe être signés, estime le Conseil.

Les mêmes normes doivent en effet s'appliquer à tous les commentaires des lecteurs, qu'ils se fassent en ligne ou sous forme imprimée. Du point de vue déontologique, c'est le contenu qui importe et non la forme de diffusion. "Les commentaires en ligne doivent donc être signés tout comme les lettres de lecteur traditionnelles".

Exceptions

Le Conseil de la presse admet toutefois des exceptions de taille à cette règle de base. Les forums de discussion ne sont ainsi pas touchés. "En vertu du principe de proportionnalité, il serait exagéré d'exiger l'identification dans les forums, dont le fonctionnement même (immédiateté, recherche de la spontanéité du public) rend une telle exigence irréaliste."

Mais dans ce cas, la modération doit s'effectuer a priori. De cette manière, les journalistes peuvent s'assurer que l'on n'abuse pas de l'anonymat pour émettre des commentaires diffamatoires ou discriminatoires.

Enfin, la publication d'un commentaire anonyme est aussi admissible lorsqu'il s'agit de sauvegarder des intérêts dignes de protection, qu'il s'agisse de la vie privée ou de protection des sources.

ATS