Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bogota a décidé d'imposer des droits antidumping contre les frites congelées en provenance de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas. Bruxelles a demandé l'aide de l'Union européenne dans ce dossier (archives).

KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ

(sda-ats)

La Belgique a demandé vendredi "le soutien" de l'UE dans sa bataille commerciale face à la Colombie, qui a instauré des mesures antidumping contre ses frites congelées et celles en provenance d'Allemagne et des Pays-Bas.

"Nous avons un vrai problème avec la Colombie en matière d'antidumping et un vrai problème avec les frites", a expliqué le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, à son arrivée à une réunion avec les ministres de l'UE chargés du commerce à Bruxelles.

"Il va de soi que nous devons obtenir le soutien de la Commission" pour entamer des consultations devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a-t-il ajouté, jugeant les mesures colombiennes pas "nécessaires".

"Je suis sûr que nous aurons l'appui d'autres pays comme les Pays-Bas et l'Allemagne", a-t-il ajouté.

Bogota a décidé le 1er novembre d'imposer des droits antidumping contre les frites congelées en provenance de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas.

Selon le ministre colombien de l'Agriculture, Andrés Valencia Pinzón, "74% des importations de frites congelées entrées dans le pays à des prix antidumping doivent maintenant entrer à avec un prix qui n'affecte pas la production de l'agro-industrie nationale".

"Il s'agit d'une décision historique", a-t-il ajouté.

Selon M. Reynders, la décision de la Colombie affecte particulièrement les PME belges.

"Nous avons essayé d'organiser des contacts bilatéraux (...) mais jusqu'à présent sans effets réels", a regretté le chef de la diplomatie belge.

90% à l'exportation

D'après Romain Cools, de l'association belge des professionnels de la patate Belgapom, la Colombie est le troisième pays, après l'Afrique du Sud, puis le Brésil, à avoir mis en place de telles mesures antidumping contre la Belgique.

"Si ça continue, ça pourrait affecter notre industrie à long terme et avoir des conséquences très graves", a-t-il dit, soulignant que l'industrie belge de transformation de la pomme de terre était le deuxième acheteur des patates produites en France.

Selon lui, la Belgique a produit l'an passé 4,6 millions de tonnes de pommes de terre transformées, dont 90% ont été destinées à l'exportation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS