Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le vigile de quartier qui a tué un jeune Noir de 17 ans le 26 février en Floride, a comparu jeudi devant un juge, pour la première fois depuis son inculpation pour meurtre la veille. Ce drame a suscité une vive émotion aux Etats-Unis, où l'on évoque un crime raciste.

George Zimmerman a comparu en début d'après-midi devant le juge Mark Herr au centre de détention John E. Polk à Sanford. Les cheveux coupés court, la barbe taillée, le jeune homme de 28 ans était menotté lorsqu'il est arrivé et portait une combinaison grise de détenu.

Hormis un simple "oui" lorsque le juge lui a demandé s'il comparaissait pour la première fois et si Mark O'Mara était bien son avocat, George Zimmerman n'a fait aucune déclaration. Le juge Herr a fixé au 29 mai la date de l'audience durant laquelle M. Zimmerman sera formellement inculpé. Il pourra alors faire une demande de libération sous caution.

Son avocat, qui a annoncé qu'il plaiderait non coupable, a toutefois précisé ne pas avoir demandé de libération sous caution de son client, car cela n'aurait conduit qu'à "réveiller la fureur" suscitée par cette affaire.

Meurtre sans préméditation

Mercredi, le procureur spécial Angela Corey avait annoncé que ses services avaient "engagé des poursuites pour meurtre sans préméditation" contre le vigile. "Je vous confirme que M. Zimmerman a été placé en détention", avait-elle ajouté lors d'une conférence de presse au tribunal de Jacksonville (Floride).

Cette annonce a ravi la famille de la victime, qui demandait que M. Zimmerman soit arrêté depuis plusieurs semaines.

Le 26 février, Trayvon Martin, un garçon de 17 ans, a été abattu, alors qu'il rentrait chez lui à Sanford après avoir acheté des sucreries, par un Américain d'origine péruvienne qui faisait des rondes de surveillance dans sa zone de résidence. George Zimmerman avait été brièvement arrêté, puis relâché après qu'il eut invoqué la légitime défense, alors que sa victime n'était pas armée.

ATS