Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le tribunal correctionnel a considéré que l'accusé a fait de l'escroquerie sa profession. Ses mensonges lui ont permis de détourner 3 millions de francs environ à son profit.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Un homme de 72 ans a été condamné jeudi par le Tribunal correctionnel de Genève à 3 ans de prison, dont 18 mois ferme, pour avoir abusé des années durant de la générosité d'une femme fortunée de 93 ans. Il a détourné à son profit près de 3 millions de francs.

Le prévenu s'est immiscé progressivement chez sa victime qui vivait seule dans sa villa de la commune cossue de Cologny (GE). Il a recouru à des mensonges et une mise en scène pour susciter auprès de la vieille dame de la pitié, profitant de sa faiblesse physique et morale, a indiqué le tribunal dans son jugement.

L'accusé a notamment raconté à la nonagénaire qu'il était un descendant de la famille impériale d'Ethiopie. La révolution l'aurait obligé à s'exiler en Europe, jeune, et il aurait perdu tous ses avoirs dans la mésaventure. Il lui a aussi parlé de ses problèmes de santé et des soins qu'il ne pouvait pas se payer.

Le tribunal a relevé que la santé chancelante de l'accusé ne l'a pas empêché de mener une vie normale et de voyager. Le but du prévenu était d'amadouer sa victime. Il est ensuite parvenu, au fil des années, à se faire remettre d'importantes sommes d'argent de la part de la vieille dame, grâce à divers subterfuges.

Pas de prise de conscience

Selon le tribunal, le préjudice subi par la plaignante s'élève à 3 millions de francs environ. Les juges ont estimé que le prévenu a commis une faute lourde et n'a jamais manifesté la moindre empathie envers sa victime. Il a également varié dans ses déclarations et n'a jamais pu apporter la moindre preuve d'une activité lucrative.

Pour les juges, cette affaire est caractéristique d'une escroquerie par métier. Le prévenu a agi sur une période allant de 2008 à 2016. Au fil du temps, il a eu de plus en plus d'emprise sur la vieille dame et a fait en sorte de mettre des barrières entre elle et les personnes qui étaient chargées de gérer ses avoirs considérables.

Le Tribunal correctionnel a également condamné le prévenu à verser 1,2 million de francs à la plaignante à titre de dommages et intérêts et lui fait interdiction, une fois qu'il sera sorti de prison, de s'approcher ou de prendre contact avec elle. Le prévenu a déjà effectué 311 jours de détention préventive.

L'avocat du prévenu avait plaidé l'acquittement, estimant que son client était en couple avec la plaignante, et que cette dernière, malgré son âge avancé, avait encore toutes ses facultés intellectuelles au moment des faits. Le Ministère public, de son côté, avait requis une peine de prison de 4 ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS