Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La propension des Suisses à consommer demeure orientée à la hausse. L'indicateur UBS de la consommation a progressé en avril pour le deuxième mois consécutif, gagnant 0,21 point par rapport à mars pour s'inscrire à 1,41, soit son plus haut niveau depuis juin 2011.

L'augmentation relevée le mois dernier s'explique avant tout par l'embellie du moral des consommateurs et l'amélioration des chiffres d'affaires réalisés dans le commerce de détail, a indiqué mardi UBS. A 1,41 point, l'indicateur se rapproche de sa moyenne à long terme qui se situe à 1,5 point.

Voitures et commerce de détail

Dans le détail, la dynamique dont profitent les ventes de voitures neuves ne se dément pas. Les nouvelles immatriculations ont ainsi progressé de 4,5% en avril sur un mois, relèvent les experts de la grande banque dans leur analyse.

En ce qui concerne le commerce de détail, le secteur enregistre un retournement de tendance après des mois moins favorables. Il est ainsi revenu en terrain positif en avril, pour la première fois depuis juin 2011.

Pour mémoire, l'indicateur UBS avait bondi d'un bon 0,3 point en mars par rapport à février, après deux mois de baisse ou de stagnation. Selon la banque, la vigueur de la consommation est même sous-estimée, dans la mesure où le franc fort incite les Suisses par exemple à effectuer davantage d'achats à l'étranger.

Achats à l'étranger

Cet aspect n'est pas comptabilisé, car l'indicateur ne s'intéresse qu'à la consommation en Suisse. Selon une étude du Fonds monétaire international (FMI), les Suisses ont acheté l'an dernier pour 12 à 14 milliards de francs de biens étrangers, acquis sur place ou en ligne.

En intégrant ce facteur, la consommation des ménages suisses afficheraient non pas une croissance de 0,9% au titre de l'année écoulée, mais de 1,6%.

L'indicateur UBS mesure la consommation des ménages. Il varie en fonction des nuitées hôtelières des résidents helvétiques en Suisse, du volume des règlements effectués par cartes de crédit et de la marche des affaires du commerce de détail.

ATS