Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Christian Constantin persiste dans l'escalade des mots.
Invité à Madrid par le quotidien sportif "AS", le président du FC Sion a affirmé que Michel Platini était "le bouffon du roi" dans le conflit qui oppose les Valaisans aux instances du football suisse et mondiale.
"Il ne joue pas avec sa tête comme avec ses pieds", a-t-il ajouté à propos du président de l'UEFA. Platini n'est pas le premier à essuyer les offensives verbales de Constantin: fin septembre, le président de l'ASF Peter Gilliéron avait été traité de "collabo".
Devant un parterre de journalistes, Constantin a aussi vertement critiqué le Tribunal arbitral du sport (TAS). "La justice sportive a déconné", a-t-il ainsi lancé. "Ces gens (réd: du TAS et de l'UEFA) sont tellement imbus d'eux-mêmes qu'ils ne sont plus en adéquation avec la justice civile. Nous sommes pourtant en droit d'avoir une justice compétente et indépendante", a martelé l'homme fort du club sédunois, dont la réintégration en Europa League a été exigée par la justice civile suisse, mais refusée par l'UEFA.
Constantin a une nouvelle fois affirmé qu'il ne lâcherait pas l'affaire. "Tant que je ne suis pas éliminé d'une compétition (réd: l'Europa League), cette compétition ne peut pas trouver de vainqueur", a-t-il relevé. "Je sais que je suis tout à fait seul. Mais j'aime être un solitaire. J'ai les moyens juridiques, économiques, mentaux et intellectuels pour essayer de corriger cette injustice", a-t-il continué.
Après cette opération de "comm" en Espagne, Constantin se rendra vendredi à Nyon. Il a en effet accepté une invitation de l'UEFA, qui souhaite évoquer l'impact sur les calendriers qu'aurait une éventuelle réintégration de Sion en Europa League.

ATS