Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Constellium va supprimer 120 postes sur ses trois sites valaisans de Sierre, Chippis et Steg. L'entreprise d'aluminium invoque le franc fort, la concurrence accrue et une demande européenne en forte baisse pour justifier cette mesure.

L'ex-Alcan Engineered Products (EP) compte 850 employés en Valais. Constellium va parallèlement investir plus de 10 millions de francs en Valais pour renouer avec la croissance en misant notamment sur l'aéronautique, a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

La restructuration a été présentée mardi matin aux employés, aux partenaires sociaux et aux autorités politiques, alors que plusieurs médias faisaient état ces derniers jours de possibles suppressions de postes.

Marchés porteurs

Toutes les mesures d'accompagnement visant à minimiser le nombre de licenciements seront étudiées pendant la consultation à venir, notamment des retraites anticipées, des reclassements et des indemnités de départ pour les personnes concernées, précise le communiqué.

"Nous sommes confiants quant au fait que ce projet industriel cohérent permette à Constellium Valais de retrouver le chemin de la compétitivité et de la croissance", a indiqué Etienne Caloz, directeur des usines valaisannes de Constellium, cité dans le communiqué. L'objectif est de repositionner l'entreprise sur des produits à forte valeur ajoutée.

Syndicat sous le choc

"Nous sommes sous le choc", a réagi le secrétaire d'Unia Valais Blaise Carron, contacté par l'ats. "Nous sommes surpris par l'ampleur de la restructuration, nous avons l'impression que le personnel paie un très lourd tribut", souligne-t-il.

Pour le syndicaliste, ce n'est pas aux employés de payer pour la problématique du franc fort. "L'entreprise se décharge de sa responsabilité sur les travailleurs".

Il y a beaucoup de flou dans les explications de la direction, relève encore Blaise Carron. Dans un premier temps, le syndicat va réunir le personnel. L'objectif est de diminuer le plus possible l'impact de la restructuration sur les employés.

ATS