Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les fronts se durcissent entre syndicats et patronat dans le cadre des discussions pour une nouvelle convention collective de travail nationale (CN) dans le secteur de la construction. Après les manifestations de travailleurs vendredi passé, la SSE ne veut plus négocier avec Unia.

Dans un communiqué diffusé jeudi, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) estime qu'Unia ne représente plus un partenaire de négociations. L'association patronale motive sa décision par les "actions illicites" des permanents du syndicat, lors des manifestations des salariés du secteur vendredi dernier dans plusieurs villes suisses.

La SSE indique que désormais elle ne négociera plus qu'avec des syndicats respectant la paix du travail. L'association faîtière précise en outre que plusieurs entreprises de la construction ont déposé plainte contre les syndicats, suite aux manifestations de vendredi passé.

Echec des discussions

Pour mémoire, cette journée de protestation, organisée à l'initiative des syndicats Unia et Syna, a mobilisé pas moins de 7000 ouvriers du gros oeuvre à Genève, Lausanne, Zurich et Berne. Les manifestants ont apporté leur soutien à une CN. Deux mois après la manifestation organisée à Berne, la mobilisation a dépassé les attentes.

La SSE a condamné les actions menées par les syndicats, accusant ces derniers de violer la paix du travail prévue par l'actuelle convention nationale. Selon l'association patronale, des "actes criminels tels que contrainte, violation de domicile, dommage à la propriété, vol et brigandage" ont été commis à l'instigation des syndicats.

Les négociations portant sur la nouvelle CN ont échoué le 2 novembre, après neuf mois de discussions. Les syndicats, qui demandaient notamment des améliorations en matière de protection contre le dumping salarial, ainsi qu'en cas de maladie, d'accidents ou d'intempéries, ont accusé la SSE de s'être rétractée sur certains compromis.

ATS