Navigation

Coupe du monde: l'Uruguay sort le champion d'Europe

Ce contenu a été publié le 30 juin 2018 - 22:03
(Keystone-ATS)

L'Uruguay, c'est du solide. Le Céleste a battu le Portugal 2-1 en 8e de finale de la Coupe du monde à Sotchi. Edinson Cavani, auteur de deux buts superbes, a été le match winner de son équipe.

A contrario, Cristiano Ronaldo est passé inaperçu. La vedette portugaise n'a jamais pu se mettre en évidence. Dans les arrêts de jeu, une frappe lointaine totalement ratée a symbolisé son match raté.

Cavani, l'attaquant du Paris Saint-Germain, a crevé l'écran dans la ville des JO 2014. Un premier but de la tête dès la 7e, après un centre parfait de Suarez, a mis la Céleste sur les bons rails.

Puis, peu après l'égalisation de Pepe (55e), Cavani a redonné l'avantage à l'Uruguay d'une magnifique frappe enroulée (62e). L'attaquant a ensuite dû sortir sur blessure à une vingtaine de minutes de la fin: un coup dur en prévision de la suite de la compétition.

Le pays sud-américain, titré en 1930 et 1950, affrontera la France vendredi en quart de finale à Nijni Novgorod (16h00). Sa défense risque cependant de souffrir face à la vitesse de Mbappé. Mais la Céleste ne partira pas battue d'avance.

L'Uruguay a récité sa partition défensive à la perfection. La charnière centrale Godin - Gimenez a presque tout repoussé, et toute l'équipe a participé au travail de récupération et de harcèlement, y compris les deux stars de l'attaque. Suarez et Cavani ont été plus souvent qu'à leur tour les premiers défenseurs de leur sélection.

Le Portugal a peut-être cru avoir fait le plus difficile en égalisant sur une tête du défenseur Pepe, sur l'une des très rares absences de la défense adverse. C'était d'ailleurs le premier but encaissé par Muslera depuis le début du tournoi.

Tout comme son éternel rival Lionel Messi, Cristiano Ronaldo quitte donc le Mondial prématurément. Tous deux n'ont jamais marqué le moindre but en phase à élimination directe. Les deux stars planétaires de la dernière décennie ne seront pas au rendez-vous des quarts de finale et n'ajouteront pas le plus prestigieux des trophées à leur immense palmarès. La fin d'une ère, peut-être...

Cette édition de la Coupe du monde s'avère difficile pour les têtes couronnées. L'Allemagne, tenante du trophée, n'a pas passé le premier tour. Et le Portugal, champion d'Europe, rentre au pays dès les 8es de finale.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article