Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rugby - La Nouvelle-Zélande a rejoint la France en finale de la Coupe du monde (dimanche prochain).
Dans l'Eden Park d'Auckland, les All Blacks ont dominé l'Australie (20-6) dans une demi-finale impressionnante d'intensité et de maîtrise.
Vingt-quatre ans que la Nouvelle-Zélande attend cela ! Décrocher enfin le titre mondial, qui s'est échappé à cinq reprises, en finale (1995), en demi-finale (1991, 1999, 2003), ou en quart de finale (2007). Le seul sacre des All Blacks remonte d'ailleurs à la première édition, lorsqu'ils avaient battu ces mêmes Français, déjà à Auckland.
Pour accéder à "leur" finale, les All Blacks ont exercé une pression de tous les instants sur les Australiens, et particulièrement sur l'ouvreur Quade Cooper dont la fébrilité a fait rugir de plaisir les 60'000 spectateurs de l'Eden Park.
Dominateurs dans tous les secteurs, notamment dans le jeu au sol, ils ont pu déployer leur jeu basé sur la vitesse, emmenés par Aaron Cruden apparu très à l'aise au poste d'ouvreur, Cory Jane plein d'assurance sur son aile et l'arrière Israel Dagg qui a multiplié les démarrages.
Sans faire preuve du plus grand réalisme, avec notamment quatre échecs au pied de Piri Weepu et un de Cruden, ils n'ont jamais été inquiétés. Ma'a Nonu a réussi l'unique essai de la rencontre en début de partie (6e). Cruden, grâce à un drop, et Weepu avec quatre pénalités ont aussi marqué pour les All Blacks.
Pour mémoire, la France s'était qualifiée au forceps samedi en battant d'un point le Pays de Galles (9-8), malgré plus d'une heure de supériorité numérique.
En attendant la finale de dimanche prochain, la France et la Nouvelle-Zélande se sont affrontées à cinq reprises en Coupe du monde pour trois victoires des All Blacks. Ces derniers partiront avec un avantage indéniable, après avoir balayé les Français (37-17) le 24 septembre, lors de la première phase.
Quatre ans après leur élimination surprise par ces mêmes Français en quart de finale de l'édition 2007, les All Blacks auront aussi l'occasion de solder les comptes de cette défaite, qui avait provoqué un traumatisme profond en Nouvelle-Zélande, pays de 4 millions d'habitants où le rugby est le sport no 1.

ATS