Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Crans-Montana n'a d'yeux cette semaine que pour Sergio Garcia. L'Espagnol dispute dès jeudi l'Omega European Masters dans la station où il a élu résidence depuis de nombreuses années.

Cela fait neuf ans que le Valaisan d'adoption n'a plus joué à domicile. La faute aux dates peu propices de l'European Masters, jusqu'ici programmé en septembre lorsque la saison bat son plein sur le circuit américain. Une concurrence que les organisateurs ont pu contourner cette année en déplaçant leur tournoi en juillet.

"L'idée était d'attirer à nouveau de grands joueurs. Et notamment ceux qui ont des affinités avec Crans-Montana et notre sponsor titre", a rappelé Yves Mittaz, le directeur de l'épreuve. "Sergio Garcia était l'un des joueurs que nous voulions absolument avoir. Il a été tout de suite d'accord, et nous avons pu trouver un arrangement financier qui nous convient parfaitement", a-t-il ajouté, sans vouloir dévoiler le coût du "rapatriement" de l'Espagnol sur le Haut-Plateau.

L'effervescence relative au retour de Sergio Garcia ne tient évidemment pas qu'à sa qualité de résident de Crans-Montana, mais plutôt à son statut de star de la planète golf. Le Valancien de 35 ans n'a certes jamais été no 1 mondial - mais no 2 en 2008 - ni remporté le moindre tournoi du Grand Chelem. Mais sa régularité dans les quatre rendez-vous majeurs de l'année - 20 top 10 depuis 1999 - impose le respect.

Outre son palmarès, l'ancien compagnon de Martina Hingis se distingue par un jeu spectaculaire et un charisme indéniable. Et même s'il s'est assagi avec les années, celui qui est toujours surnommé "El Nino" (le gamin) reste aussi célèbre pour ses coups de sang. D'ailleurs, le public de Crans-Montana se rappelle peut-être qu'il avait été amendé en 2005 après avoir donné un coup de pied dans un panneau publicitaire. Un accès de rage qui ne l'avait pas empêché de remporter cette année-là l'European Masters.

Dix ans après son unique succès à Crans-Montana, Sergio Garcia va donc essayer de doubler la mise et de mettre la main sur le chèque de 450'000 euros promis au vainqueur. Ce challenge, l'Espagnol est tout à fait capable de relever, lui qui tient la forme depuis plusieurs semaines, à l'image de sa prestation au British Open, dont il a pris lundi la 6e place.

ATS