Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le directeur général du Credit Suisse, Brady Dougan, se défend contre les critiques de la Banque nationale suisse (BNS) concernant la sous-dotation en fonds propres du numéro deux bancaire helvétique. Selon l'Américain, "le Credit Suisse est en bonne disposition".

"Si un tremblement de terre venait à frapper les marchés financiers, nous le sentirions aussi", admet Brady Dougan interviewé dans l'hebdomadaire alémanique "SonntagsZeitung". "Cependant, nous disposons de suffisamment de fonds propres pour remplir actuellement tous les objectifs."

En publiant jeudi son rapport annuel sur la stabilité financière, la BNS a exhorté les deux grandes banques helvétiques, UBS et Credit Suisse, à accroître leur dotation en fonds propres dit durs pour renforcer leur résistance aux chocs financiers.

Scénario très pessimiste

L'évaluation de la BNS apparaît "difficilement compréhensible", note Brady Dougan. Le rapport, qui a fait chuter le cours de l'action Credit Suisse, se fonde sur un scénario très pessimiste en ce qui concerne l'évolution de la crise de la dette.

De plus, les experts de la banque centrale n'ont pas tenu compte d'un emprunt convertible de plus de 6 milliards de francs qui, certes, ne doit être émis qu'en 2013 mais qui a déjà été entièrement souscrit, explique le directeur général du Credit Suisse.

Le Credit Suisse créera donc des fonds propres supplémentaires, promet Brady Dougan. En revanche, dit l'Américain, aucune augmentation de capital n'est prévue.

Étonnement et déception

"Je suis déçu par le rapport de la BNS", déplore Brady Dougan. Ce dernier l'est d'autant plus qu'il a eu il y a une dizaine de jours une discussion d'une heure et demie avec Thomas Jordan, président de la BNS, et Jean-Pierre Danthine, vice-président.

Les trois hommes ont abordé dans le détail la situation de marché et la stratégie du Credit Suisse, explique Brady Dougan. "Que nous devions réduire le dividende ou augmenter le capital-actions n'a pas constitué un sujet dans la discussion".

Selon Brady Dougan, le Credit Suisse considère les exigences de la BNS comme une suggestion.

ATS