Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Arabie saoudite a annoncé l'expulsion sous 24 heures de l'ambassadeur canadien à Ryad (archives).

KEYSTONE/EPA/AHMED YOSRI

(sda-ats)

Le Canada a réaffirmé lundi sa détermination à "défendre les droits humains" dans le monde. L'annonce de l'expulsion de son ambassadeur à Ryad pour "ingérence" a provoqué une crise d'une virulence inédite entre les deux pays.

"Que les choses soient bien claires pour tout le monde (...) le Canada défendra toujours les droits humains au Canada et dans le reste du monde", a déclaré Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères. Elle a réagi pour la première fois à l'expulsion annoncée de son ambassadeur à Ryad, Dennis Horak.

Le royaume avait annoncé lundi, à la surprise générale, l'expulsion sous 24 heures de l'ambassadeur canadien à Ryad, le rappel de son propre représentant au Canada, et le gel des relations commerciales entre les deux pays.

Vague d'arrestations

Cette décision faisait suite à un tweet de l'ambassade canadienne se disant "gravement préoccupée" par une nouvelle vague d'arrestations de militants des droits de l'homme dans le royaume. Les autorités saoudiennes ont notamment jugé "inacceptable" que les Canadiens réclament la "libération immédiate" des militants.

Mais dans la journée de lundi, Ottawa a maintenu sa ligne ferme sur la question des droits de l'Homme. "Notre politique étrangère, basée sur des valeurs, notre soutien aux droits humains et aux droits des femmes, est une partie essentielle de ce que nous sommes lorsque nous parlons au nom du Canada", a-t-elle martelé.

La ministre s'est une nouvelle fois dite "préoccupée" par la crise en cours. "En ce qui concerne notre relation plus large avec l'Arabie saoudite, nos diplomates ont posé des questions de procédure aujourd'hui, et nous attendons les réponses", a-t-elle dit.

Face à la fermeté canadienne, Ryad a une nouvelle fois haussé le ton et annoncé de nouvelles mesures: suspension des bourses universitaires pour ses ressortissants au Canada et transfert des étudiants vers d'autres pays. La compagnie aérienne nationale Saudia Airlines a de son côté annoncé la suspension des vols à destination et en provenance de Toronto, la plus grande métropole canadienne.

"Ne pas se voiler la face"

Le royaume "refuse toute ingérence dans ses affaires intérieures et traitera toute ingérence de façon déterminée", a réaffirmé lundi le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir. Il a estimé que les critiques canadiennes "reposaient sur des informations biaisées".

Ottawa a regretté la décision de l'Arabie concernant ses étudiants. "Je crois qu'il serait vraiment dommage que ces étudiants soit privés du droit d'étudier ici", a dit Mme Freeland.

"Le reste du monde ne peut pas se voiler la face alors que la lutte acharnée contre les défenseurs des droits de l'Homme se poursuit en Arabie saoudite", a déclaré l'ONG Amnesty International. Elle a appelé d'autres gouvernements à se joindre au Canada pour obtenir "la libération inconditionnelle et immédiate de tous les prisonniers de conscience".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS