Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme on peut voir sur cette image, l'aspersion d'eau crée une couche de gel protectrice autour des plants (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les agriculteurs valaisans peuvent souffler un peu: le Conseil d'Etat propose au parlement un crédit-cadre de 35,2 millions de francs en faveur de mesures de lutte à long terme contre le gel. Cette décision fait suite aux dégâts provoqués par le gel à la mi-avril.

Ce financement vise à soutenir des mesures comme la lutte par aspersion d'eau, indique vendredi le canton dans un communiqué. C'est l'outil le plus utilisé dans la plaine du Rhône. Environ quatre cinquièmes de la surface cultivée sont protégés de cette manière.

L'aspersion d'eau est une méthode un peu plus coûteuse, mais elle est propre et efficace. Elle parvient à protéger 80% de la surface et se montre beaucoup plus fructueuse que les "chaufferettes".

Lors de ces nuits glaciales de printemps, de nombreux vignerons avaient utilisé des bougies ou des chauffages au gaz pour réchauffer l'atmosphère. Mais ces moyens se sont "avérés inefficaces pour protéger la vigne d’une gelée noire", constate le Conseil d'Etat. De manière générale, ces instruments sont donc toujours moins utilisés.

Un fond de 10 millions

Ce financement est soutenu par la Confédération. La participation cantonale s'élève à 12,6 millions de francs.

Dans la foulée, le gouvernement a également renforcé les mesures visant à soutenir les liquidités des entreprises à court terme. Elles permettront aux acteurs des branches arboricole et viticole, sévèrement touchées par les gelées nocturnes, d'emprunter de l'argent auprès d'établissements bancaires.

Le Centre de cautionnement et de financement accordera aux sociétés actives dans l'agriculture un appui sous forme de cautionnement de prêts bancaires. Il "garantit la création des liquidités nécessaires au maintien des activités des entreprises agricoles affectées par le gel", écrit le Conseil d'Etat. Le fonds à disposition de l'agriculture se monte à 10 millions de francs.

De plus, le fonds suisse pour les dégâts non assurables (fondssuisse) a accepté d'entrer en matière pour des indemnisations. Les critères doivent être précisés d'ici fin juin.

Soutien des députés

En mai, le canton avait déjà pris une série de mesures à court terme pour aider les exploitations. Celles-ci ont pu recourir notamment à des crédits sans intérêts, des crédits pour la reconstitution du capital plantes ou encore ont pu reporter les remboursements de crédits d'investissement.

Les dégâts provoqués par le gel dans les cultures avaient également suscité de nombreuses interventions lors de la séance du Grand Conseil en mai. La célérité du Conseil d'Etat dans ce dossier avait été saluée par les députés.

Unanimes sur la nécessité de venir en aide au secteur agricole, les groupes politiques ont prôné des solutions ciblées, pragmatiques et étalées dans le temps. Le gouvernement va donc dans leur sens.

ATS