Navigation

D'abord intéressant, Sion a été trahi par ses erreurs

Ce contenu a été publié le 19 juillet 2019 - 23:03
(Keystone-ATS)

Le FC Sion a lancé sa saison par une défaite 4-1 contre Bâle lors de l'ouverture de la Super League vendredi. Des oublis de Valon Behrami et Anton Mitryushkin ont causé la perte des Valaisans.

Sion a surpris vendredi soir. En bien, mais surtout en mal. On s'attendait bien sûr à voir une équipe solide défensivement, bien assise sur son arrière-garde à cinq et un duo Behrami-Zock énergique. L'équipe de Stéphane Henchoz a été pendant une mi-temps conforme aux attentes.

Jusqu'à ce que Behrami ne perde un ballon anodin au milieu du terrain, alors qu'il était aligné sur ses défenseurs. En deux passes, Luca Zuffi et Albian Ajeti ont pu en profiter pour que le premier aille tromper Anton Mitryushkin à la 52e minute.

Le portier russe, qui jouait son premier match depuis le 26 novembre 2017, a définitivement condamné son équipe en laissant passer sous son pied une passe en retrait de Jan Bamert (73e). Le 4-1 de Valentin Stocker neuf minutes plus tard n'est lui qu'une anecdote.

Sion a des atouts offensifs

Cela fait tache. Car il y avait de quoi se réjouir dans les rangs valaisans avant ça. Même si Ajeti avait ouvert le score (22e), après que son équipe a parfaitement exploité l'une des nouvelles règles du football: celle qui permet aux défenseurs d'être dans leur surface de réparation lorsque leur portier a un dégagement des 6 mètres à effectuer. Cela a pris à revers tout le petit pressing valaisan, qui a été dépassé en quatre passes.

Reste que Sion était alors très vite revenu dans le match. Après des matchs amicaux qui l'ont vu rester bien trop muet, il a montré qu'il était capable de se créer des occasions. Bien sûr, les Sédunois ne se sont jamais compliqué la vie en construisant de longues actions. Cela n'aurait pas été possible au vu du profil des joueurs alignés. Mais en misant sur un jeu très direct et rapide, ce sont bien eux qui ont d'abord été les plus actifs, Pajtim Kasami étant par exemple dans un de ces soirs où il n'est pas avare en belles inspirations.

Et puis, surprise du chef, Patrick Luan, brésilien au club depuis février mais qui n'a signé un contrat que cet été, a été le plus dangereux. De la tête d'abord sur une des quelques touches menaçantes de Quentin Maceiras (21e), puis sur un retourné acrobatique (33e), mais Jonas Omlin était vigilant. Le gardien bâlois a toutefois été surpris quand l'attaquant de 20 ans a tenté une talonnade à la 35e minute sur un centre de Christian Zock.

Première pour la VAR

C'est ainsi, avec culot, que les Sédunois sont revenus au score et qu'ils auraient sans doute pu obtenir bien mieux, sans ces naïvetés de Behrami et Mitryushkin. Et cette fois, ils ne peuvent rien dire sur l'arbitrage. Car cette ouverture de la saison a aussi été l'occasion de voir la VAR intervenir une première fois.

Avec l'aide de la vidéo, l'arbitre Sandro Schärer est revenu sur sa décision d'accorder un penalty à Sion (44e). Il faut dire que même si Omlin s'était téléscopé avec Birama Ndoye sur un corner, il avait auparavant dégagé proprement la balle des poings. Première réussie donc. Au contraire des Valaisans de Henchoz.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.