Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les personnes de 65 ans et plus sont particulièrement vulnérables sur les routes (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

L'an dernier, 230 personnes ont perdu la vie sur les routes suisses, soit 14 de plus qu'en 2016. Cyclistes et motocyclistes ont été davantage victimes d'accidents mortels, contrairement aux piétons. On déplore en revanche moins de blessés graves (-131).

L'augmentation du nombre de morts sur les routes est essentiellement due aux accidents impliquant des deux-roues, indique l'Office fédéral des routes (OFROU) mardi dans un communiqué. On dénombre 8 décès de plus chez les motocyclistes (51 au total). Ceux-ci ont également été davantage victimes d'accidents graves (+48).

L'OFROU s'attend cependant à une réduction du nombre d'accidents dans cette catégorie, en raison de l'adaptation de la formation à la conduite: il ne sera plus possible d'accéder directement aux grosses cylindrées.

Chez les cyclistes, le nombre de tués ne montre toujours pas de signes d'accalmie, note l'OFROU: 30 amateurs de la petite reine ont péri sur les routes (+6). Une légère amélioration a cependant été observée concernant les accidents graves (- 4%).

E-bike: flambée d'accidents

Les vélos électriques ont, eux, causé moins d'accidents mortels, avec 7 décès, contre 9 en 2016. En revanche, le nombre de blessés graves a continué de grimper pour atteindre 224 victimes (contre 201).

Les 45-64 ans représentent plus de la moitié des conducteurs de vélos électriques grièvement blessés; les personnes de plus de 65 environ un quart. L'introduction d'une mesure visant à rendre obligatoire l'usage des phares, notamment pour les conducteurs de vélos électriques rapides, est à l'étude, souligne l'OFROU.

Concernant les accidents impliquant des voitures, 78 passagers ont été victimes d'un accident mortel, soit 3 de plus qu'en 2016. On dénombre en outre 781 personnes grièvement blessées (-91).

Le nombre de morts et de blessés graves en voiture a été particulièrement important en janvier (12 morts et 92 blessés graves). Cela s'explique la plupart du temps par un dérapage ou une perte de maîtrise du véhicule, le conducteur n'ayant souvent pas adapté sa vitesse à l'état de la route (pluie, verglas ou neige).

Moins de piétons tués

Parmi les piétons, les chiffres ont diminué, notamment concernant les accidents graves: les décès sont passés de 50 à 47, les personnes grièvement blessés de 622 à 577. Là encore, les plus de 65 sont les plus touchés: ils représentent trois quarts des décès.

Malgré la hausse du nombre de morts sur les routes l'an dernier, les chiffres ont fléchi depuis 2013, constate l'OFROU. Cette année-là, on comptait 269 victimes d'accidents mortels, 243 l'année suivante, 253 en 2015 et 216 en 2016. A noter que parmi tous les accidents mortels, l'alcool a eu une influence dans 30 d'entre eux.

La tendance est également à la baisse concernant le nombre de blessés graves, passé de 4129 en 2013 à 3654 en 2017. Pour l'OFROU, cette évolution confirme l'efficacité des mesures de sécurité routière.

Mieux protéger les seniors

Un constat que ne partage pas le bureau de prévention des accidents (bpa). Dans un communiqué, il se dit inquiet de la hausse de décès sur les routes suisses. Il déplore en outre que "les progrès en matière de sécurité routière ne profitent guère à la mobilité douce et aux aînés".

Face au vieillissement de la population, la sécurité routière des seniors devrait occuper une place plus centrale, selon le bpa. Il faut aussi montrer plus de volonté pour contrer les risques particuliers de la mobilité douce. Le bpa pointe du doigt la stagnation du nombre d'accidents graves de vélo, et la hausse importante de ceux-ci impliquant un vélo électrique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS