Navigation

De l'Italie, Kerviel en appelle à Hollande et refuse la prison

Ce contenu a été publié le 17 mai 2014 - 20:42
(Keystone-ATS)

L'ex-trader de la banque Société Générale Jérôme Kerviel, symbole des dérives qui ont mis à terre le système bancaire mondial, a refusé samedi de rentrer en France pour y purger une peine de prison. Il en a appelé au président François Hollande.

Jérôme Kerviel, auquel la justice française a donné jusqu'à dimanche pour se rendre à la police, a décidé au dernier moment de rester en Italie où il a achevé un périple de deux mois à pied de Rome à Vintimille, à la frontière française où il se trouvait samedi.

L'ancien courtier, qui continue à accuser son ancienne banque d'avoir couvert ses agissements avant de se retourner contre lui, a demandé au président français de garantir "l'immunité" aux personnes pouvant témoigner en sa faveur, dans la perspective du procès civil encore à venir.

Environ 5 milliards d'euros

Interrogé à ce sujet, le chef de l'Etat a refusé d'y répondre, indiquant ne pas avoir les éléments nécessaires et jugeant le moment peu "propice".

La présidence française s'est contentée d'indiquer que si Jérôme Kerviel sollicitait la grâce présidentielle - ce qu'il n'a pas fait - "sa demande sera examinée selon la procédure habituelle, c'est-à-dire après une instruction et un avis de la chancellerie".

Discussion récente

Jérôme Kerviel a dit samedi soir sur la chaîne de télévision France 2 qu'il ne demandait pas de grâce présidentielle. Il s'est dit prêt à effectuer sa peine de prison, mais sans indiquer s'il répondrait d'ici dimanche à sa convocation au commissariat de Menton.

L'ancien courtier aujourd'hui âgé de 37 ans est le seul condamné dans le scandale révélé en 2008 et qui a coûté 4,9 milliards d'euros à la Société générale. Sa condamnation à cinq ans de prison dont trois ferme a été validée il y a deux mois par la Cour de cassation et la justice lui a donné jusqu'à dimanche 15h00 pour qu'il se rende à la police de Menton (sud-est).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.