Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Nigeria a fait venir des centaines de mercenaires originaires d'Afrique du Sud et d'anciennes républiques soviétiques pour appuyer son offensive contre le groupe extrémiste Boko Haram, a-t-on appris de sources sécuritaires et diplomatiques. Le gouvernement et l'armée nigérians ont refusé de commenter.

Les rumeurs sur la présence de mercenaires ont pris de l'ampleur depuis la publication il y a une semaine sur Twitter d'une photo d'un homme blanc habillé en kaki et portant un gilet pare-balles à bord d'un véhicule blindé circulant dans les rues de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria.

Un journaliste de l'agence Reuters a pu confirmer que la photo y a bien été prise. Des détails, comme la présence d'affiches électorales, montrent qu'il s'agit d'un cliché récent.

Plusieurs centaines

Une source ouest-africaine évalue à plusieurs centaines le nombre de mercenaires impliqués dans les combats contre Boko Haram, pour un salaire quotidien d'environ 400 dollars. Une source sud-africaine précise, elle, que la date de leur déploiement correspond à celle de l'annonce du report de six semaines de l'élection présidentielle nigériane, initialement prévue pour la mi-février.

Un porte-parole du gouvernement nigérian a refusé de faire le moindre commentaire, renvoyant les journalistes vers un porte-parole de l'armée qui à son tour a refusé de répondre.

Mercredi dernier, le président Goodluck Jonathan, qui sollicite un nouveau mandat présidentiel, avait déclaré dans un entretien accordé à "Voice of America" que deux entreprises fournissaient des "instructeurs et techniciens" à l'armée nigériane, sans préciser leur nom, leur nationalité ou leurs effectifs.

Soldats d'ex-URSS

Selon un diplomate basé à Abuja, la capitale nigériane, les mercenaires sud-africains seraient appuyés par des soldats originaires de l'ex-Union soviétique et équipés de matériel de même provenance.

Par ailleurs, l'organisation djihadiste Etat islamique a accepté l'allégeance de Boko Haram, selon un enregistrement audio diffusé jeudi sur les réseaux sociaux. Le mouvement salafiste du nord-ouest du Nigeria avait annoncé dimanche passé son allégeance à l'EI.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS