Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Didier Cuche a dignement fêté ses adieux à Kitzbühel (Aut). Deux jours après avoir annoncé sa retraite, le Neuchâtelois s'est imposé pour la cinquième fois dans le Mecque de la descente.
Ce nouveau triomphe a été conquis dans des conditions difficiles. Les chutes de neige et le brouillard avaient ainsi contraint les organisateurs à amputer la Streif de plus d'un tiers de son parcours, dont les passages emblématiques du saut de la "Mausefalle" ou de la portion vertigineuse du "Steilhang".
Mais même sur une Streif tronquée, Cuche a prouvé qu'il restait le meilleur à Kitzbühel. Le meilleur de ces dernières années, mais surtout le meilleur de l'histoire. Avec ses cinq succès en descente (+ 1 en super-G), le Neuchâtelois est dorénavant l'unique recordman de victoires. Il a effacé des tabelles l'Autrichien Franz Klammer, vainqueur quatre fois entre 1975 et 1984.
Sous les yeux notamment d'Arnold Schwarzenegger, Cuche a bâti sa victoire dans la traverse finale. Sur la ligne d'arrivée, le skieur des Bugnenets a devancé trois Autrichiens: Romed Baumann (à 0''24), Klaus Kröll (à 0''30) et Joachim Puchner (à 0''36).
Après avoir battu les coureurs locaux, Cuche a tremblé lors du passage de plusieurs concurrents, dont celui d'Andrej Sporn. En tête jusqu'au dernier temps intermédiaire, le Slovène (2e en 2010) a finalement fléchi sur le bas et terminé au 7e rang. Plus rien ne pouvait alors s'opposer au triomphe de celui qui, plus que jamais, mérite son surnom de "Cuchebühel".
Parmi les autres Suisses engagés, Beat Feuz a bien limité la casse dans ces conditions particulières. Une semaine après sa victoire à Wengen, le Bernois s'est classé 6e. Il conserve la tête au classement de la descente, avec dorénavant 23 points d'avance sur Cuche. Aucun autre coureur helvétique n'a intégré le top 15.

ATS