Navigation

Deuil national en Afghanistan après les glissements de terrain

Ce contenu a été publié le 05 mai 2014 - 02:29
(Keystone-ATS)

Les survivants des glissements de terrain dans le nord-est de l'Afghanistan, ont sollicité une aide d'urgence. Ayant tout perdu, ils pleurent aussi les victimes de cette catastrophe qui a tué entre quelques centaines et 2700 personnes, selon les sources.

La mission de l'ONU en Afghanistan parle de plus de 350 morts, mais un porte-parole du gouverneur de la province de Badakhshan a avancé un bilan de plus de 2100 tués. De son côté, l'Organisation internationale des migrations (OIM, agence intergouvernementale basée à Genève) a déclaré qu'il y avait 2700 morts et disparus.

L'énorme coulée de boue s'est produite à la suite d'une semaine de pluies torrentielles et de fonte des neiges, dévastant le village d'Aab Bareek. Les opérations de recherche visant à retrouver des survivants ont pris officiellement fin samedi.

L'armée afghane a acheminé par voie aérienne des moyens de secours, la région n'étant desservie que par des routes de montagne en mauvais état. Des tentes ont été distribuées, de même que des rations alimentaires, mais en nombre insuffisant. "On nous a donné des tentes, mais ce n'est pas assez", a déclaré Imam Khaldar, un homme de 60 ans qui a perdu sa femme et deux fils.

Les agences de l'ONU et les organisations partenaires soutiennent le gouvernement afghan pour venir en aide aux personnes déplacées", selon un communiqué des Nations unies. Les forces multinationales sous commandement de l'Otan se sont aussi dites prêtes à apporter leur aide mais ont précisé que le gouvernement afghan ne les avait pas sollicitées. Les insurgés talibans, peu actifs dans la région, ont assuré qu'ils ne menaceraient pas la sécurité des secours.

Aide internationale

La catastrophe a suscité une vive émotion. En hommage aux victimes, le président afghan Hamid Karzaï a décrété une journée de deuil national dimanche. Un fonds d'urgence mis en place par l'administration afghane pour aider les sinistrés a réuni jusqu'à présent 350'000 dollars (environ 307'000 francs), a indiqué le porte-parole du gouvernement local, Ahmad Naweed Frotan.

Le président américain Barack Obama a appelé Hamid Karzaï pour lui présenter les condoléances des Etats-Unis et a "offert de l'aide américaine supplémentaire pour les interventions de secours", a indiqué la Maison Blanche. Paris a de son côté débloqué une aide de 50'000 euros, a annoncé sur Twitter l'ambassade de France à Kaboul.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.