Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux femmes kamikazes ont tué au moins onze personnes qui fuyaient leurs maisons dans le nord-est du Nigeria, ont annoncé dimanche la police et les autorités locales. Elles tentaient de se cacher après un attentat du groupe islamiste Boko Haram visant leur village.

Les femmes ont activé leurs explosifs alors que les habitants voulaient se mettre à l'abri après cette attaque dans le village de Dar dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué l'ancien chef du gouvernement local de Madagali, Maina Ularamu.

"Les habitants fuyaient dans la brousse. Au bout d'un moment, deux femmes qui se sont glissées parmi les gens en fuite se sont faites exploser et des hommes armés ont tiré sur les survivants", a-t-il expliqué à la presse. "Douze corps ont été retrouvés jusque-là", a-t-il ajouté. Le porte-parole de la police de l'Etat d'Adamawa, Othman Abubakar, n'a confirmé que onze morts.

Le 1er octobre, sept personnes ont été tuées dans le village de Kirchinga, près de Madagali, tandis que quatre autres personnes ont été tuées le 30 septembre dans deux autres villages voisins lors d'attaques similaires.

Au moins sept personnes avaient été tuées le 11 septembre lors d'un double attentat-suicide, également commis dans cette région frontalière des bastions des islamistes nigérians de Boko Haram.

Explosions successives

Les attentats-suicide à la bombe deviennent l'arme préférée de Boko Haram pour faire le plus grand nombre de victimes civiles. Le groupe manifeste une prédilection pour des groupes de deux kamikazes voire plus, qui font exploser leurs charges successives pour viser les civils qui se précipitent pour aider ceux qui sont pris dans les premières explosions.

Cette tactique a aussi été utilisée par Boko Haram dans des attaques au Tchad, au Cameroun et au Niger. Depuis début octobre, 101 personnes ont été tuées au Nigeria, selon un décompte de l'AFP, alors que les attentats ont fait un total de 1370 morts depuis que Muhammadu Buhari a été investi président le 29 mai dernier.

Hécatombe à Maiduguri

Dimanche, des soldats ont abattu une femme présumée kamikaze près d'une caserne à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, qui avait caché des explosifs dans son sac à main, selon une source militaire sous couvert de l'anonymat.

Au moins 34 personnes ont été tuées dans une série d'attaques entre jeudi soir et vendredi matin dans les alentours de Maiduguri. Le mois dernier, 117 personnes sont mortes dans des explosions dans le quartier d'Ajilari Cross de la capitale de l'Etat de Borno dans le nord-est du pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS