Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter se rendra début novembre en Birmanie. A cette occasion, il ouvrira le 2 novembre une ambassade suisse dans la capitale économique du pays, Rangoun. Selon lui, l'ouverture d'une représentation diplomatique est "une des priorités de la Suisse".

"Il y a là-bas un pays qui s'éveille au droit, mais qui s'éveille aussi au développement. On va vers un chemin pavé de difficultés mais nous voulons être présents, et nous avons décidé qu'il était important d'ouvrir cette ambassade le plus tôt possible", a-t-il souligné dans un entretien à la RTS.

La liste des officiels invités n'a, pour l'heure, pas encore été définitivement arrêtée, a précisé mardi à l'ats le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), laissant planer le doute sur une éventuelle présence de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi.

25 millions par an

Suite aux signes récents d'ouverture montrés par la junte au pouvoir et la réintégration d'Aung San Suu Kyi à la vie politique, la Suisse a levé partiellement ses sanctions à l'encontre de la Birmanie début mai.

Berne a en outre décidé de s'engager dans le pays à raison de 25 millions de francs par an, sur quatre ans. Le bureau de la Direction du développement et de la coopération (DDC) sera intégré à l'ambassade en 2013. Il dispose déjà aujourd'hui de locaux à Rangoun.

En juin dernier, Aung San Suu Kyi avait choisi la Suisse pour entamer une tournée historique en Europe, après avoir passé au total 15 ans en résidence surveillée. La prix Nobel de la paix avait été reçue aux Nations Unies à Genève ainsi que par les autorités fédérales à Berne.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS