Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La presse dominicale de ce jour est marquée notamment par la crise migratoire en Europe ainsi que les réactions et interrogations qui en découlent en Suisse. En voici les principaux titres:

NZZ am Sonntag/Schweiz am Sonntag: Le Corps des gardes-frontière (Cgfr) est prêt pour gérer un éventuel afflux de réfugiés à l'est de la Suisse, selon son chef Jürg Noth. Interrogé par la Schweiz am Sonntag, il note d'ores et déjà une présence accrue de migrants à la frontière orientale. En ce moment, l'Allemagne, surtout, ressent le fait que l'Autriche laisse passer les réfugiés pratiquement sans contrôles, dit M. Noth, mais la situation pourrait changer. "La formation de grands groupes de migrants à notre frontière à nous est aussi possible", relève le chef du Cgfr, qui rappelle que c'est aujourd'hui le Tessin qui affronte la pression migratoire la plus importante, "avec jusqu'à 500 nouveaux réfugiés par semaine". A Buchs (SG), 709 personnes ont été surprises en situation de séjour illégal en août, contre 289 en juillet et 110 en juin.

SonntagsBlick: Christian Levrat souhaite que Berne soit plus stricte avec Budapest au vu de la situation des droits de l'Homme dans le pays et du scandale des réfugiés. Tant que le Premier ministre hongrois "Viktor Orban ne respecte pas les droits de l'Homme, la Suisse devrait retenir ses paiements versés dans le cadre du milliard de cohésion", lance le président du PS dans une interview à l'hebdomadaire alémanique SonntagsBlick. En lieu et place, des moyens financiers supplémentaires devraient être fournis aux organisations qui sécurisent les axes empruntés par les migrants à travers l'Europe, poursuit-il. Le président du PS recommande aussi d'interdire M. Orban d'entrée en Suisse.

NZZ am Sonntag/SonntagsBlick/Zentralschweiz am Sonntag: La crise migratoire en Europe a conduit à une déferlante de propositions d'aide faites aux oeuvres d'entraide. Ces organisations ont été prises d'assaut par des dizaines, voire des centaines de personnes désireuses de savoir comment elles pouvaient se rendre utiles. C'est ce que révèlent des sondages menés auprès d'elles par différents hebdomadaires. L'entraide protestante suisse (EPER) ouvre une hotline spéciale mercredi prochain. L'ONG Caritas a elle dressé une liste d'attente pour ceux qui souhaitent aider, a indiqué un représentant de l'organisation. La Chaîne du bonheur a récolté, jusqu'à samedi, 1,8 million de francs dans le cadre de son opération "Réfugiés".é

Le Matin Dimanche: L'accueil chez les privés de réfugiés en Suisse est une excellente idée, de l'avis de l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, interrogée par Le Matin Dimanche. Toutefois, "la voie légale, l'appel de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) et la procédure du Secrétariat fédéral aux migrations, rend les choses assez lourdes", affirme-t-elle. "Il faut des procédures, il y a des contrôles sur la qualité de la place disponible, le tout est parfois soumis à des autorisations communales, etc.", énumère la socialiste genevoise. Et de conclure qu'il faudrait peut-être, pour plus d'efficacité et de rapidité, "réduire un peu le niveau de perfectionnisme helvétique".

Le Matin Dimanche/Schweiz am Sonntag: Pour le directeur de l'Union suisse des paysans (USP), Jacques Bourgeois, la chute des prix agricoles n'est pas l'unique cause du ras-le-bol des paysans. "En une année, les prix du lait ont baissé en Suisse de 10 centimes dans le lait industriel, qui se négocie près de 50 centimes. A ce prix, les frais de production ne sont plus couverts", dit-il dans une interview au Matin Dimanche. Mais "cette pression à la baisse intervient aussi dans le contexte particulier d'un été caniculaire. Certains paysans vont manquer de fourrage et, faute de liquidités, ne pourront pas s'approvisionner. D'autres vont devoir abattre des vaches". A cause de la canicule et des prix à la baisse, les paysans ont abattu en juin et en juillet environ 2400 vaches de plus que l'an dernier, soit une hausse de 10 %, selon la Schweiz am Sonntag.

NZZ am Sonntag: Fin 2013, la Banque nationale suisse (BNS) annonçait qu'elle renonçait aux investissements dans des entreprises d'armement qui produisent des mines antipersonnel et des bombes à sous-munitions. Pourtant, elle continue de détenir des participations d'une valeur totale de 550 millions de francs dans de pareilles sociétés, comme par exemple Lockheed Martin, selon des représentants de telles firmes aux Etats-Unis, interrogés par la NZZ am Sonntag. Un porte-parole de la BNS a tenté de justifier ces investissements en assurant que la Banque nationale n'examinait pas elle-même les entreprises dont elle détient des parts, mais se fondait sur les conseils d'experts venant d'instituts spécialisés.

Le Matin Dimanche: Dans le canton de Vaud, un élève de 15 ans sur dix est harcelé par ses pairs et un sur vingt les harcèle. Ces chiffres tirés d’une étude de l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive de l'Université de Lausanne et du CHUV n'ont pas évolué depuis dix ans, date de la dernière étude sur le harcèlement entre jeunes. Les 2600 élèves vaudois qui ont participé à l'enquête ont dû dire si, à l'école, ils avaient été frappés, menacés, ridiculisés, ignorés, harcelés sexuellement ou si leurs affaires avaient été volontairement cassées au moins une fois par semaine au cours de la dernière année, relève Le Matin Dimanche. En tout, 10 % (11,9 % de filles et 8,1 % de garçons) ont répondu "oui". Et l'étude n'oublie pas les quelque 5 % d'auteurs de harcèlement.

Le Matin Dimanche: Le Conseil d'Etat va mettre la main à la poche pour rénover le Stade de Genève, a appris Le Matin Dimanche. Il va débourser 1,3 million de francs pour rafraîchir l'enceinte, selon un degré d'urgence établi par un rapport rendu fin juillet. De plus, cette dépense pourrait n'être qu'un premier pas. Inauguré en 2003, le Stade de Genève est aujourd'hui en décrépitude et des travaux doivent être entrepris pour qu'il ne devienne pas inutilisable. En juin, une motion de l'UDC Christo Ivanov demandant de "sortir le stade de l’impasse" était renvoyée au gouvernement à une large majorité. Le 26 août, l’exécutif a écrit à la Commission des travaux du Grand Conseil pour lui dire qu'il souhaitait payer ces rénovations.

ATS