Toute l'actu en bref

Le président américain Donald Trump a signé à Washington un décret pour réexaminer des attributions de sites classés monuments nationaux.

KEYSTONE/EPA UPI POOL/MIKE THEILER / POOL

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a signé mercredi un décret par lequel il demande un réexamen des attributions de sites classés monuments nationaux aux Etats-Unis au cours des 20 dernières années. Il veut en revoir la taille et les contours.

Par cette demande, le président américain entend se ménager la possibilité de relancer sur certaines parties de ces sites protégés par ses prédécesseurs des activités de forage, d'extraction minière ou de développement. Pour justifier cette initiative, Donald Trump a déclaré qu'il voulait mettre fin "à un abus de pouvoir exhorbitant" sur la gestion des grands espaces américains.

Il s'est indigné que Barack Obama ait placé sous la protection de l'Etat fédéral plus de 100 millions d'hectares (terre et mer), "soit plus que l'Etat du Texas". Le décret présidentiel va concerner une trentaine de sites classés monuments nationaux.

Certains pourraient voir leur labellisation suspendue et leurs contours géographiques réduits, a indiqué à la presse le secrétaire à l'Intérieur Ryan Zinke mardi. "Je ne vais pas spéculer sur ce que sera le résultat. Comme vous le savez, il faut établir si le président a le droit de faire cela", a ajouté Ryan Zinke.

Loi de 1906

Au coeur de ce nouveau décret du magnat de l'immobilier: l'Antiquities Act, loi signée en 1906 par Theodore Roosevelt, ardent défenseur de la protection des ressources naturelles. Ce texte permet à un président d'agir pour préserver des espaces menacés, qui peuvent ensuite être transformés en Parcs Nationaux lorsque le Congrès s'empare du dossier.

Le Grand Canyon, la Vallée de la Mort et des pans entiers de l'Alaska en ont bénéficié. Depuis sa création, presque tous les présidents y ont eu recours. Seuls trois d'entre eux, tous républicains, n'en ont pas fait usage: Richard Nixon, Ronald Reagan et George H. W. Bush.

Minerais, gaz et pétrole

Parmi les sites classés concernés figurent le Grand Staircase dans l'Utah créé par Bill Clinton en 1996 ou le Bears Ears National Monument créé dans ce même Etat par Barack Obama en 2016. Ces sites couvrent plusieurs centaines de milliers d'hectares dont le sous-sol renferme des minerais, du gaz ou du pétrole.

Le site Bears Ears a pour ambition de protéger la culture des Indiens navajos et de quatre autres tribus. Le gouverneur de l'Utah estime que le classement de ce territoire va à l'encontre des demandes de ses administrés qui souhaitent y mener des opérations de développement.

De plus, le site se situe à proximité de terrains sur lesquels la société texane EOG a obtenu des autorisations de forage.

ATS

 Toute l'actu en bref