Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - L'affaire des vidéos des "Guignols" s'amusant de la sanction pour dopage d'Alberto Contador a pris un tour diplomatique avec une protestation de Madrid auprès de Paris.
Depuis plusieurs jours, des médias et des responsables sportifs espagnols fustigent "les attaques des Français" contre le sport espagnol, après la suspension lundi pour deux ans de Contador. Une décision du Tribunal arbitral du Sport (TAS) qui a soulevé une vague d'indignation dans le pays.
"Ce n'est pas une campagne contre moi, ni contre personne. C'est une campagne contre l'Espagne en général, et contre le sport espagnol", a affirmé jeudi Rafael Nadal, qui apparaît en France dans plusieurs vidéos des "Guignols de l'info" suggérant un dopage généralisé en Espagne.
"Ce ne sont pas des marionnettes", s'indigne encore en Une vendredi le journal sportif Marca, affichant les photos des champions espagnols de toutes disciplines sportives et consacrant pas moins de huit pages à "la guerre des Guignols".
Un éditorial publié mercredi par le quotidien français Le Monde, intitulé "l'Espagne doit regarder le dopage en face", avait alimenté un ressentiment déjà vif à l'égard des Français depuis que, dans le même quotidien, l'ex-champion de tennis français Yannick Noah avait évoqué la "potion magique" espagnole.
Mais ce sont les vidéos des marionnettes humoristiques françaises des "Guignols de l'info", sur la chaîne Canal+, qui ont mis le feu aux poudres.
Nadal y apparaît plusieurs fois, notamment signant une pétition de soutien à Contador avec une seringue, ou chantant "Viva Espana" en compagnie d'autres icônes du sport espagnol comme le gardien du Real Madrid Iker Casillas, Contador et le joueur de basket Pau Gasol.
"J'ai 15 litres de sang dans le frigo, et viva Espana!", s'époumone Nadal. "Je suis plus chargé que Jeannie Longo" (réd: la cycliste française dont le mari et entraîneur vient d'être inculpé pour achat d'EPO), chante Casillas, "On m'appelle le roi de l'EPO", entonne Gasol, tandis que Contador proclame "Je roule avec du sang de taureau, et viva Espana!".
Un humour jugé de très mauvais goût en Espagne. Au point qu'après les responsables sportifs, le gouvernement espagnol s'en est mêlé.
Le ministre des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia-Margallo a dénoncé jeudi des vidéos "d'un mauvais goût incroyable" et annoncé l'envoi d'une lettre au ministère français des Sports.
Un autre courrier a été adressé au directeur de Canal+ "pour lui signifier notre mécontentement", a-t-il ajouté, ainsi qu'un communiqué à tous les médias français.

ATS