Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - La commission d'examen de l'agence américaine de lutte contre le dopage (USADA) a recommandé à l'unanimité que Lance Armstrong soit poursuivi pour usage de produits dopants au cours de sa carrière.
Cette recommandation constitue la dernière étape de la procédure entamée au mois de juin par l'USADA, qui a décrit l'existence d'un système de dopage mis en place dans les équipes US Postal puis Discovery Channel avec lesquelles l'Américain a remporté sept fois de suite le Tour de France, un record.
Cinq autres personnes, trois médecins et deux membres de l'encadrement, ont également été informées qu'une procédure avait été ouverte contre elles dans ce qui pourrait devenir l'un des plus grands scandales de dopage dans l'histoire du sport. Armstrong, qui n'a jamais été contrôlé officiellement positif, dément les charges retenues contre lui.
"Je ne me suis jamais dopé", affirmait-il dans un communiqué à l'adresse de l'USADA lorsque l'agence a présenté les charges retenues pour des faits allant de 1998 à 2011. "J'ai été athlète d'un sport d'endurance pendant 25 ans sans jamais connaître aucun pic de performance, j'ai passé plus de 500 contrôles antidopages et je n'ai jamais été déclaré positif", ajoute le coureur.
A partir de témoignages, l'USADA est parvenue à la conviction que le dopage autour de Lance Armstrong impliquait l'emploi d'EPO (érythropoiétine), de transfusions sanguines, de testostérone, de corticostéroïdes, d'hormones de croissance et d'agents masquants. Le Texan est également accusé de trafic et d'administration de produits à d'autres coureurs.
S'il n'a jamais été officiellement contrôlé positif, Lance Armstrong a fait l'objet de nombreux soupçons concernant ses performances dans le Tour de France qu'il a remporté de 1999 à 2005.
S'il est reconnu coupable, Armstrong, 40 ans, qui a quitté le cyclisme pour le triathlon pourrait être condamné à une interdit de compétition à vie.

ATS