Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Le groupe de la "mort" de la Ligue des Champions ne proposera pas une dernière journée de folie. Tout est déjà dit avec les qualifications du Borussia Dortmund et du Real Madrid.
Maîtres de leur sujet, les Allemands se sont imposés 4-1 à Amsterdam. Le Borussia n'a eu besoin que d'une mi-temps pour terrasser les Néerlandais grâce aux réussites de Reus (8e), Götze (36e) et Lewandowski (41e). Du grand art pour une équipe qui aura appris très vite une année après la désillusion qu'elle avait connue au sein d'un groupe dans lequel figuraient Marseille, Olympiakos et Arsenal.
A Manchester dans l'antre du Champion d'Angleterre, le Real Madrid de José Mourinho a assuré l'essentiel en obtenant le nul (1-1). Emmenés par un Cristiano Ronaldo incisif - il revenait pour la première fois à Manchester depuis son transfert au Real en 2009 -, les Madrilènes ont très vite compris que la défense adverse était bien perméable. Le 5-3-2 adopté par Roberto Mancini a ouvert des boulevards au Real qui frappait à la 10e minute déjà. Sur un centre de Di Maria, Benzema surgissait dans le dos de Maicon pour ne laisser aucune chance à Hart.
Livré à lui même comme une semaine plus tôt à Stockholm où il avait été "zlatané" à quatre reprises, le malheureux Hart voyait tout d'abord Ronaldo rater une occasion en or en quart d'heure avant de jaillir dans les pieds de Khedira à la 24e. Le Champion de la Premier League n'y était pas. Comment l'équipe qui vient de reprendre la tête du championnat le plus relevé au monde pouvait-elle autant balbutier ses fondamentaux ?
Roberto Mancini redistribuait toutefois les cartes à la pause pour revenir en 4-4-2 avec l'introduction de Javi Garcia pour Kolarov. Ce nouveau dispositif permettait à City de prendre enfin les commandes du match. Les Mancuniens égalisaient de manière méritée à la 74e sur un penalty transformé et provoqué par Agüero. Le gendre de Diego Maradona, qui aurait pu marquer dix minutes plus tôt sans une parade exceptionnelle de Casillas, avait été victime d'une faute d'Arbeloa, lequel écopait pour l'occasion de son second carton jaune.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS