Navigation

Douze pro-Morsi condamnés à mort pour meurtre ou violences

Ce contenu a été publié le 18 juin 2014 - 17:01
(Keystone-ATS)

Douze partisans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée ont été condamnés à mort mercredi en Egypte. Ils ont été reconnus coupables du meurtre d'un général de police ou d'être les auteurs de violences lors d'un raid des forces de sécurité dans un fief islamiste au Caire en 2013.

Vingt-trois personnes, dont 11 sont en fuite, étaient jugées au Caire notamment pour "appartenance à une organisation jihadiste" et pour avoir participé à une riposte contre des commandos de policiers et de militaires ayant investi un quartier de la capitale le 19 septembre 2013.

Ces heurts ont eu lieu dans le cadre de la sanglante répression visant les partisans de M. Morsi. Un général de la police avait été tué par balle et d'autres policiers et soldats avaient essuyé des tirs.

Huit des condamnés à mort, dont celui qui était accusé du meurtre du général, sont détenus et quatre en fuite. Les 12 étaient également poursuivis pour "tentative de meurtre" sur les membres des forces de sécurité, selon un journaliste présent au tribunal qui les jugeait.

15'000 prisonniers

"C'est un verdict très dur qui ne reflète pas la réalité, il n'y a aucune preuve" contre les condamnés a déclaré l'un des avocats de la défense, Ali Abdel Fattah.

Depuis la destitution de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte, plus de 1400 de ses partisans ont été tués dans des manifestations et plus de 15'000 Frères musulmans ont été emprisonnés. Des centaines de personnes ont été condamnées à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés de "sans précédent dans l'histoire" de l'Humanité par l'ONU.

Mais plus de 500 policiers et soldats ont péri dans le même temps dans des attentats et attaques revendiquées par des groupes d'insurgés jihadistes. Le régime d'Abdel Fattah al-Sissi en accuse toutefois depuis le début les Frères musulmans, qui ont été décrétés "organisation terroriste".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article