Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le procès des deux cambrioleurs qui ont roué de coups et tué un retraité en décembre 2008 à Epalinges (VD) s'est ouvert lundi devant le Tribunal criminel de Lausanne. L'un des accusés admet s'être trouvé sur place, l'autre nie toute implication.
"Je n'ai rien à voir avec cette histoire", a déclaré d'emblée l'accusé devant la Cour avec jury. Ce requérant d'asile serbe de 29 ans soutient qu'il ne connaît pas son co-accusé, qu'il a rencontré la première fois lorsque la police a organisé une confrontation. L'homme, qui est suspecté d'avoir donné la plupart des coups, souhaite être soumis à un détecteur de mensonges.
Le deuxième prévenu, un Suisse de 24 ans, est pourtant formel. Ils étaient bien ensemble sur les lieux du drame, le matin du 29 décembre 2008. Et lors de l'inspection locale, organisée lundi avec la Cour, la veuve de la victime a affirmé l'avoir clairement reconnu: "tu ne peux pas nier", lui a-t-elle lancé.
Le jeune Suisse, ancien candidat à Mister Suisse romande et actuel gigolo à Genève, était un voisin du couple agressé. Il avait déjà cambriolé deux fois la villa. A l'audience, il reconnaît avoir eu l'idée du cambriolage et précisé à son acolyte qu'il faudra peut-être "mettre un gnon" au propriétaire.
Mais le cambriolage tourne au drame. Réveillée par l'alarme, la femme de la victime aperçoit vers 06h00 deux inconnus dans son jardin, puis vers le garage, et leur demande par deux fois de partir. Elle réveille son mari qui sort et reçoit un premier coup de poing.
L'un des malfrats transporte le retraité dans le salon où les coups continuent de pleuvoir. La victime, couchée sur le sol, reçoit des coups de pieds à la tête. Son épouse, également molestée, donne le contenu de deux porte-monnaies, mais les voleurs veulent davantage.
Ils continuent de frapper son époux et menacent de lui couper un doigt. Ils obtiennent la clé du coffre où ils ne trouvent que 200 euros. Fâchés, ils marchent sur la tête de leur victime, inanimée, puis s'en vont. A l'arrivée de la police, vers 06h40, le retraité est déjà décédé de multiples hémorragies au cerveau.
spell-error
co
spell-error
connaît
spell-error
emblée
spell-error
Epalinges
spell-error
Mister
spell-error
reconnaît

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS