Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dufry, ici son siège à Bâle, met en avant de bonnes conditions de marché, qui lui ont permis de diminuer notablement sa perte nette au premier semestre (archives).

KEYSTONE/PATRICK STRAUB

(sda-ats)

Dufry a divisé par trois sa perte nette au premier semestre 2017 en comparaison annuelle à 24,9 millions de francs. Le chiffre d'affaires du groupe bâlois de commerce hors taxes dans les aéroports a lui augmenté de 5,8% à 3,82 milliards.

La période sous revue a été marquée par une accélération de la croissance organique au deuxième trimestre, à un taux de 8,9% contre 7,2% lors des trois premiers mois de l'année, a indiqué lundi le numéro un mondial du secteur. L'activité au Royaume-Uni s'est révélée particulièrement forte.

"Le deuxième trimestre 2017 confirme la tendance positive des affaires", a commenté Julian Diaz, le directeur général de Dufry Group, cité dans le communiqué. Après trois trimestres consécutifs d'essor, la croissance organique a atteint même son niveau le plus élevé depuis 2012, s'est-il réjoui.

La contraction de la perte nette semestrielle s'est révélée toutefois inférieure aux prévisions des analystes contactés par l'agence financière awp. Le plus pessimiste d'entre eux anticipait ainsi un montant de -17,6 millions de francs.

Placement en Bourse

Au-delà des comptes, Dufry a fait connaître son projet d'introduction en Bourse de ses activités nord-américaines. Une concrétisation créerait une "flexibilité considérable pour mettre à profit des tendances spécifiques" dans la région, comme l'accent porté sur l'alimentation et les boissons.

Dans le détail, la région constituée par le Royaume-Uni, l'Europe centrale et de l'Est a réalisé au premier semestre un bond de son chiffre d'affaires de 10,1% en organique à 964,1 millions de francs. En Amérique latine, les ventes se sont élevées à 819,6 millions, un montant en progression de 12,4%.

L'Amérique du Nord affiche un taux de croissance organique moins fort, de 6,3% à 849,5 millions de francs. L'Europe méridionale et l'Afrique présentent pour leur part une avancée de 5,8% à 776,7 millions, précise Dufry.

La région Asie, Moyen-Orient et Australie, la moins importante du groupe, est la seule à avoir accusé un recul (-1,5% à 370,7 millions de francs). La multinationale explique l'évolution notamment par des fermetures en Inde et au Sri Lanka.

Optimisme de mise

L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) s'est pour sa part accru de 7,8% entre janvier et fin juin pour s'inscrire à 411,2 millions de francs, pour une marge correspondante de 10,8% (+0,2 point sur un an). Quant à la perte nette semestrielle de l'an dernier, elle avait atteint 75 millions.

Pour la suite, les prochains mois devraient venir asseoir le constat posé de bonnes conditions de marché, estime le groupe rhénan. Elle souligne l'importance du troisième trimestre en termes de génération de liquidités et de désendettement, "qui continue d'être un point de mire de la direction".

ATS