Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 50'000 Egyptiens, des islamistes pour la plupart, ont afflué vendredi sur la place Tahrir du Caire pour demander au gouvernement militaire un transfert rapide du pouvoir. Les manifestants protestent contre une proposition constitutionnelle faisant de l'armée un potentiel contre-pouvoir.

Libéraux et islamistes font front commun contre un texte présenté au début du mois par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) accordant à l'armée l'autorité exclusive de la gestion de ses affaires et de son budget.

Une quarantaine d'associations et partis politiques ont appelé à la manifestation pour "protéger la démocratie et le transfert du pouvoir" après l'échec des négociations entre le CSFA d'une part et les islamistes et libéraux d'autre part. Ce différend menace l'organisation des élections législatives, dont la première phase doit débuter le 28 novembre.

Salafistes et Frères musulmans

Le rassemblement massif, qui a commencé jeudi soir, rappelait par son ampleur ceux du soulèvement populaire qui a fini par renverser le président Hosni Moubarak le 11 février.

Les partis et mouvements salafistes, partisans d'un islam rigoriste, ont été les premiers à appeler à la manifestation contre le projet du gouvernement militaire. Ils sont arrivés au Caire par milliers, venus de différentes régions du pays.

Si l'appel à manifester était unifié, la place Tahrir s'est divisée entre, d'un côté, le parti Liberté et justice des Frères musulmans, favori des futures élections, et de l'autre leurs rivaux salafistes, divisés en plusieurs partis. Chacun avait sa scène, ses discours et ses chants. Seule la prière du vendredi a été l'occasion d'une manifestation d'unité. Les libéraux et partis de gauche étaient plus discrets.

ATS