Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une équipe de scientifiques du CERN qui avaient annoncé l'an dernier que les neutrinos étaient plus rapides que la lumière, ont admis vendredi qu'Albert Einstein avait raison. La théorie de la relativité s'applique aussi à ces particules élémentaires.

Les chercheurs, qui travaillent au Centre européen de recherches nucléaires (CERN) à Genève, avaient mis en émoi la communauté scientifique en affirmant que la vitesse des neutrinos était supérieure à celle de la lumière, en contradiction avec la théorie de la relativité établie par Einstein en 1905 qui en fait une limite infranchissable.

Selon les mesures de l'expérience Opera, sur une distance de 730 km entre le CERN et le laboratoire souterrain du Gran Sasso en Italie, les neutrinos projetés à travers l'écorce terrestre arrivaient avec près de 20 mètres (ou 60 nanosecondes) d'avance sur la lumière.

Connexion défaillante

Mais vendredi, l'équipe d'Opera a admis que ses résultats étaient erronés. "Les premières données mesurées jusqu'en 2011 avec le faisceau de neutrinos entre le CERN et Gran Sasso ont été révisées en prenant en compte des effets d'instruments attestés", a-t-elle expliqué.

Les vérifications de l'équipe d'Opera ont montré une connexion défaillante entre un GPS et un ordinateur, qui raccourcissait le temps de parcours des neutrinos de 74 nanosecondes par rapport à la réalité. L'horloge de haute précision utilisée par Opera était de plus légèrement faussée, ajoutant 15 nanosecondes au temps de parcours.

Une fois corrigées ces deux erreurs, les neutrinos mesurés entre le CERN et Gran Sasso affichaient effectivement une vitesse "cohérente" avec la théorie d'Einstein.

ATS