Toute l'actu en bref

En 2016, la consommation de blancs suisses a reculé de 13% (photo symbolique).

KEYSTONE/FRANCO GRECO

(sda-ats)

En 2016, les Suisses ont bu moins de vin. La consommation des crus du pays a notamment diminué de près de 10% pour s'établir à 89 millions de litres. Les changements de mode et les vendanges médiocres entre 2013 et 2015 sont à l'origine de ce recul.

La consommation s'est élevée à 40 bouteilles par habitant ou 253 millions de litres au total, indique mardi l'Office fédéral de l'agriculture. Elle a diminué de deux litres par habitant, ou 10 millions de litres au total (-3,8%) en l'espace d'une année, une tendance qui correspond aux années précédentes.

Les vins suisses ont enregistré une baisse de 9,6 millions de litres (-9,7%). Les vins étrangers ont eux perdu 316'200 litres (-0,2%) pour s'établir à 164 millions de litres. La part de marché des vins suisses a chuté pour atteindre 35%.

Les trois années de vendanges mitigées de 2013 à 2015 n'ont pas permis de répondre à la demande. Les stocks ont ainsi régulièrement baissé. Une situation qui sera corrigée avec la récolte abondante de 2016, supérieure à la moyenne des dernières années (+17 millions de litres, soit +8,3%).

Fort recul des blancs

La demande non satisfaite de vins suisses n'a pas toujours été compensée par des importations, note le rapport de l'année viticole 2016. Seule la consommation de vins blancs étrangers a progressé de 1,9%, tandis que celle des vins blancs suisses a régressé de 13,1% (42,5 millions de litres).

La consommation de vins rouges étrangers a aussi légèrement reculé de 0,9%, alors que celle des rouges suisses a diminué de 6,3% (46,6 millions de litres). Seul le mousseux, qui n'est pas compris dans la consommation globale, échappe à cette tendance à la baisse: sa consommation a crû de 2,1% l'an dernier, pour s'établir à 19 millions de litres.

ATS

 Toute l'actu en bref