Navigation

Equateur: feu vert pour l'exploitation de la réserve de Yasuni

Ce contenu a été publié le 22 mai 2014 - 19:41
(Keystone-ATS)

Les autorités d'Equateur ont accordé jeudi la licence environnementale en vue de l'exploitation pétrolière de la célèbre réserve naturelle de Yasuni en Amazonie. Quito avait tenté de préserver cette réserve en lançant en 2007 un appel de fonds international pour éviter l'extraction des ressources.

"La licence a été signée aujourd'hui pour le développement et la production" dans ces gisements, a annoncé la ministre de l'Environnement, Lorena Tapia, à la télévision publique Gama TV.

Le feu vert donné par le gouvernement ouvre la voie à l'extraction du pétrole de ce parc, qui concentre 20% des réserves de brut nationales, soit 920 millions de barils.

Le premier baril de pétrole résultant de cette nouvelle exploitation devrait être produit d'ici mars 2016 par la compagnie publique Petroamazonas, a précisé le ministère de l'Environnement.

Les opposants à cette exploitation, qui réclament une consultation populaire, dénoncent les effets de la pollution sur le parc, classé par l'Unesco comme réserve de biosphère, ainsi que sur les communautés qui y vivent en isolement volontaire.

Echec d'un référendum

Début mai, l'association Yasunidos avait déposé une pétition afin d'obtenir l'organisation d'un référendum, ce que permet la loi dans le cas où sont réunies les signatures de plus de 5% de l'électorat. Mais cette demande a été rejetée par le tribunal électoral, qui a invalidé une partie des signatures.

Ce projet pétrolier controversé était défendu depuis l'an dernier par le président Rafael Correa, après l'échec d'un appel de fonds international pour l'éviter. "Nous ne pouvons pas faire plus que ce que nous avons fait. Nous avons le droit de vendre notre pétrole", a récemment réaffirmé le chef de l'Etat.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.