Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Avec un peu plus de réussite, la Suisse aurait certes pu battre la Norvège vendredi à Berne. Mais sans un Diego Benaglio affûté, elle aurait également pu perdre la rencontre...
Le gardien a tenu la baraque (1-1) dans ce match important des éliminatoires de la Coupe du monde 2014.
On a beau essayer de faire parler Benaglio de sa prestation, sa réponse est la même depuis des années. Celle d'un garçon réservé préférant la boue du terrain d'entraînement aux salons des hôtels où l'attendent les journalistes. "Je suis heureux de pouvoir contribuer aux bons résultats de l'équipe, mais cela ne va pas plus loin. Je n'aime pas parler de mes performances. D'autres sont là pour me juger."
Homme sans histoire, travailleur discret, Benaglio a fait preuve de bien plus de retenue que ses partenaires quand les questions au sujet de l'arbitrage ont fusé. Et ce même s'il a également été averti pour réclamation en fin de partie, fatigué de voir les charges norvégiennes à son encontre non sanctionnées. Le Zurichois ne regrette qu'une chose: "la Suisse n'a pas su conserver l'avantage qu'elle avait acquis alors que la fin du match était proche."
A 29 ans et avec 47 sélections au compteur, Benaglio est sans doute encore pour un bon moment le titulaire au poste de gardien en sélection. Sa constance, sa lecture du jeu et son sens de l'anticipation en font tout simplement un des très bons portiers du continent.
D'ailleurs, même si Wolfsburg n'est que 17e et avant-dernier de Bundesliga avec une victoire, deux nuls et quatre défaites, Benaglio continue d'être bien noté par les observateurs. Il est par exemple, pour le journal spécialisé "Kicker", le meilleur homme du VfL depuis le début de la saison. En dépit de treize buts concédés en sept parties...
Il faut dire que le Zurichois n'est pas franchement épaulé par sa défense en Basse-Saxe, notamment par un Ricardo Rodriguez à la peine depuis cet été. La titularisation contre l'Islande du latéral gauche, pas transcendant vendredi, au détriment de Reto Ziegler est d'ailleurs une des questions que doit se poser Ottmar Hitzfeld ces prochains jours.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS