Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - "Mes joueurs ont besoin de grandir ensemble. Ils doivent s'aguerrir. Cela ne se fait pas du jour au lendemain !" Ottmar Hitzfeld demande du temps avant de devoir rendre des comptes.
On le sait, le sélectionneur de l'équipe de Suisse a onze mois devant lui pour préparer la campagne de qualification pour la Coupe du monde 2014, une campagne qui sera la dernière de sa carrière. "J'espère désormais que nous ne devrons pas composer avec autant de fluctuations dans l'équipe que ces douze derniers mois, souligne-t-il au lendemain de la victoire 2-0 sur le Monténégro. Mardi soir, mon cadre comportait douze joueurs qui ne figuraient pas dans la sélection pour le match de Podgorica l'an dernier. Seuls Lichtsteiner, Inler et Shaqiri ont disputé les deux matches contre le Monténégro."
Le 11 novembre prochain à Amsterdam face aux Pays-Bas, Ottmar Hitzfeld alignera en principe son équipe type. "J'espère surtout que Senderos sera rétabli et que Djourou bénéficie à nouveau d'un certain temps de jeu avec Arsenal", lâche-t-il comme pour témoigner une fois de plus de toute la confiance qu'il accorde aux deux Genevois.
"Je sais que l'équipe des M21 jouera en novembre à Cordoue contre l'Espagne un match important dans le cadre du tour préliminaire de l'Euro 2013. Mais je ne souhaite pas que des joueurs "redescendent" pour l'occasion avec les M21, poursuit-il. L'équipe A est la priorité absolue. Elle est la vitrine du football suisse. Le match contre les Pays-Bas représentera un défi immense pour l'équipe de Suisse. Affronter le vice-champion du monde chez lui: voilà une rencontre qui comptera dans la carrière d'un jeune joueur".
Pour la prochaine campagne, Ottmar Hitzfeld s'appuiera sur un nouveau noyau dur pour encadrer la jeune garde. "Benalglio, Senderos, Lichtsteiner, Inler, Behrami et aussi Derdiyok, le plus expérimenté des jeunes, auront un rôle important à tenir", explique-t-il. A l'entendre, on a la conviction qu'Eren Derdiyok détient en grande partie les clés de la réussite.
"Notre problème est connu: nous n'avons pas beaucoup d'attaquants capables de marquer, ajoute-t-il. Alex Frei a laissé un grand vide. Regardez ce qu'il réussit actuellement avec le FC Bâle !" Buteur mardi soir, Eren Derdiyok est toujours aussi incontournable. Qui peut aujourd'hui jouer à sa place à la pointe du 4-2-3- 1 ? La réponse est limpide: personne.

ATS