Navigation

Fête des pâtes à la carbonara: à chacun d'y mettre son grain de sel

La carbonara est l'accompagnement préféré des mangeurs de pâtes, selon l'institut italien de sondage Doxa. KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI sda-ats
Ce contenu a été publié le 06 avril 2019 - 11:27
(Keystone-ATS)

A l'occasion du 2e "Carbonara Day", les gastronomes de la planète sont invités samedi à livrer leur version du célébrissime plat italien. Sa recette est aussi l'une des plus discutées.

L'événement est mondial mais virtuel. Chacun est invité à apporter sa contribution sur les réseaux sociaux via le hashtag #CarbonaraDay. Outre les photos et conseils, le coeur de cette journée devrait être l'éternel débat entre tradition et innovation.

La carbonara est l'accompagnement préféré des mangeurs de pâtes, selon l'institut italien de sondage Doxa. Rien d'étonnant, donc, à ce que cette recette traditionnelle romaine connaisse de nombreuses adaptations tout autour du globe.

Mais c'est allé trop loin: en avril 2016, la publication d'une recette très peu orthodoxe de pâtes à la carbonara publiée sur un site français a vivement fait hurler les internautes et une bonne partie de la presse en Italie.

L'Unione Italiana Food a alors décidé de lancer ce "Carbonara Day", qui se veut "une opportunité de laisser s'exprimer la fantaisie, tout en tentant de respecter les canons", explique Riccardo Felicetti, président de l'Association des industriels des pâtes italiens.

Cinq ingrédients

Selon le chef Luciano Monosilio, spécialiste du plat, la carbonara compte cinq ingrédients: pâtes de blé dur, jaune d'oeuf, fromage pecorino, joue de porc et poivre. Et basta, insiste-t-il à l'attention des Français qui s'obstinent à la noyer de crème fraîche.

Mais à l'occasion de cette journée, l'Unione Italia Food a organisé vendredi un concours entre une équipe traditionnelle et deux équipes de jeunes blogueurs culinaires végans.

Francesca Ficari, étudiante passionnée de cuisine, propose une carbonara sans produit animal: elle remplace le fromage par de l'amande grillée et la charcuterie par du seitan (farine de blé complète).

Sa recette "n'a plus rien d'une carbonara", s'agace Alessia Moroni, membre de l'équipe "Tradition", qui tient à la recette de sa grand-mère.

Après avoir goûté les trois préparations, le chef Luciano Monosilio est du même avis: "La carbonara du passé reste celle du présent et restera celle de l'avenir".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.