Navigation

Fête fédérale à Zoug: Stucki, Orlik et Wicki mènent

Ce contenu a été publié le 24 août 2019 - 18:03
(Keystone-ATS)

Trois des favoris ont pleinement réussi leur entrée dans la Fête fédérale à Zoug. Christian Stucki, Armon Orlik et Joel Wicki ont chacun remporté leur quatre passes.

La performance la plus étonnante est à mettre au crédit de Stucki. Sérieusement blessé au genou, le colosse bernois n'a pas pu lutter de début mai à début août. Mais le vétéran de 34 ans n'a pas semblé être en manque de compétition.

Son succès initial contre Reichmuth, que beaucoup considéraient comme le favori numéro un, n'a pas été éclatant, mais il a ensuite aligné trois victoires convaincantes. Après quatre passes, Stucki n'a ainsi lâché qu'un quart de point. Tiendra-t-il jusqu'au bout pour devenir le roi le plus âgé de l'histoire?

Armon Orlik est lui aussi bien parti. Après trois succès, dont le premier face au tenant du titre Matthias Glarner, le Grison a dû patienter avant de prendre la mesure du Bernois Patrick Schenk, qui avait également aligné trois succès consécutifs.

Avec quatre combats remportés, le Lucernois Joel Wicki a impressionné durant toute la journée. Il reste un candidat crédible au titre de roi de la lutte. Un titre que devra abandonner Matthias Glarner, comme les spécialistes l'attendaient Le Bernois n'a pas retrouvé toutes ses sensations après son accident de 2017. Il s'est qualifié de justesse pour la journée dominicale.

Cette première journée a connu son lot de surprises. Ainsi, deux des grands favoris annoncés, à savoir Pirmin Reichmuth et Samuel Giger, ont perdu tout espoir de décrocher le titre suprême.

Côté romand, les meilleurs ont été les Fribourgeois Lario Kramer et Benjamin Gapany, ainsi que le Vaudois Steve Duplan. Tous trois ont été crédités d'un bilan de trois victoires et un nul. Ils sont au 4e rang ex-aequo et peuvent rêver d'un bon classement final.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.