Navigation

F1: La Suissesse de Silvestro croit en sa bonne étoile

Ce contenu a été publié le 09 mai 2014 - 17:49
(Keystone-ATS)

Genève - La Vaudoise d'adoption Simona de Silvestro, ex-pilote d'Indycar aux Etats-Unis, espère arriver un jour en Formule 1, et si possible dès 2015 dans une Sauber, a-t-elle confié en marge du GP d'Espagne.
"J'ai toujours rêvé de F1, cela a toujours été mon objectif ultime. Il fallait que j'attende la bonne opportunité", a-t-elle confié lors d'un point presse très suivi sur le circuit de Catalogne.
"C'est vraiment spécial, surtout au sein d'une écurie aussi compétente", a-t-elle ajouté au sujet de l'écurie suisse, l'une des deux seules en F1, avec Williams, à être dirigée par une femme, l'Autrichienne Monisha Kaltenborn.
La Suissesse de 25 ans a en effet pu réaliser une partie de son rêve fin avril en pilotant une Sauber C31 de la saison 2012, sur la piste privée de Ferrari à Fiorano, car la Scuderia fournit ses moteurs à Sauber.
"Je pensais que ce serait un cran au dessus d'une monoplace d'Indycar, en fait c'est dix crans au dessus, au niveau du freinage et des accélérations. Le test s'est très bien passé, c'était l'une des meilleures séances d'essais de ma vie. La prochaine fois ce sera fin juin sur le circuit espagnol de Valence, qui est un peu plus rapide".
La dernière femme au départ d'un GP de F1 a été l'Italienne Lella Lombardi en 1976. Puis sa compatriote Giovanna Amati n'a pas réussi à se qualifier, dans une Brabham, pour le GP du Brésil 1992. La Britannique Susie Stoddart, épouse du patron de Mercedes-AMG, Toto Wolff, est actuellement pilote d'essai de Williams F1.
Une femme en F1, "ça n'est plus arrivé depuis 25 ans, mais je ne ressens pas de pression particulière à cause de ça. J'ai souvent été devant en Indycar, je suis montée sur le podium (ndlr: à Houston en 2013) et j'ai déjà prouvé ce que je valais comme pilote. C'est ça le plus important", estime de Silvestro.
"Mon but, c'est d'être sur la grille d'un GP de F1 l'année prochaine, et je ne vois pas pourquoi je n'y arriverais pas. Mon entraînement a changé, je fais plus de cardio et je travaille différemment sur le haut du corps: nous avons la direction assistée en F1, et pas en Indycar, mais je souffre plus de la nuque et du cou, car il y a plus de "G" (ndlr: forces latérales) dans les courbes au volant d'une F1".
De Silvestro a participé quatre fois aux fameux 500 Miles d'Indianapolis (14e en 2010, 17e en 2013). Elle est bien placée pour comparer les deux formules: "La F1, c'est différent de l'Indycar, mais on ne peut pas dire que c'est plus ou moins facile. Et piloter une voiture de course à la limite sera toujours difficile".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.