Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Gagner le vote du 10 juin sera moins difficile que de réussir la remontada !" Christian Constantin ne se voile pas la face. Il estime la situation du FC Sion "extrêmement critique".

Le président du FC Sion, dont l'équipe est dernière à six points de la barre fatidique, a justifié le choix arrêté mardi de se séparer de son entraîneur Gabri. "Il était, je trouve, un peu trop "scolaire" dans sa manière d'imposer un jeu de possession sans jamais tenir compte des caractéristiques de l'adversaire, dit-il. A mes yeux, l'équipe ne jouait pas assez dans la verticalité."

Il revient donc à Maurizio Jacobacci de réussir cette remontada si vitale pour le football romand. "Maurizio n'assure aucun intérim, précise Christian Constantin qui a été félicité par un certain... Rolf Fringer pour ce nouveau changement d'entraîneur. Il a sa chance. A lui de me démontrer qu'il est l'homme de la situation." S'il ne l'était pas, Christian Constantin ne s'interdira pas d'agir à nouveau. Il veut tout faire pour que son club ne connaisse pas comme en 1999 les affres de la relégation.

S'il assume une part de responsabilité dans la situation d'échec que connaît son club aujourd'hui, Christian Constantin rappelle une vérité que personne ne peut contester. Le sort du FC Sion aurait sans doute été bien différent sans la tragique erreur d'arbitrage du 2 juin dernier lors du nul 1-1 concédé devant les Grasshoppers lors de l'ultime journée du championnat 2016/2017.

"Si nous gagnons ce match, nous sommes directement qualifiés pour la phase de poules de l'Europa League, lâche-t-il. Or, le but égalisateur des Zurichois n'aurait jamais dû être accordé... Si nous étions directement qualifiés pour cette phase de poules, bien des choses se seraient écrites d'une manière différente. Cette erreur d'arbitrage a "bousillé" notre année 2017 !"

Il regrette aussi la sanction prise par les instances après l'affaire Fringer qui l'interdit de suivre les rencontres du FC Sion. "L'équipe n'a gagné qu'un seul match sur douze sans moi", glisse-t-il. S'il ne pourra pas se rendre samedi à Lugano, Christian Constantin espère que le recours qu'il a déposé auprès du TAS et qui sera statué mardi lui permettra de retrouver une certaine proximité avec son équipe. Il la juge apparemment indispensable.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS