Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

JO 2012 - Roger Federer est "fier" de pouvoir apporter à la Suisse sa première médaille dans les JO 2012. "C'est un grand moment pour moi et pour la Suisse. Je suis soulagé et heureux", lâchait le no 1 mondial.
"Je me suis vu perdre à de nombreuses reprises. Mais je me suis également vu plusieurs fois avec une médaille autour du cou", relevait en conférence de presse le Bâlois, qui avouait avoir dû composer avec une grande tension et une grande nervosité dans sa demi-finale épique remportée 19-17 au troisième set face à Juan Martin Del Potro (no 8).
"Je suis exténué sur le plan émotionnel. C'était très difficile de retrouver mes esprits après avoir manqué une première occasion de conclure à 10-9 sur mon service. J'ai également dû si souvent servir pour rester dans le match (réd: 12 fois). J'ai qui plus est manqué une volée facile sur ma première balle de match, soulignait-il. Le fait d'avoir disputé tellement de grands matches pour conquérir de grands titres m'a certainement aidé."
"Les émotions sont les mêmes que si j'avais gagné un titre du Grand Chelem. Mais ce n'est pas le cas. Je dois donc retrouver la sérénité d'ici dimanche", poursuivait l'homme aux 17 titres du Grand Chelem, qui expliquait avoir même dû se retenir après sa balle de match pour ne pas trop célébrer ce succès. "Je sais que je suis capable d'oublier ce match. Pour le moment, je me sens plutôt bien sur le plan physique. On verra demain (réd: samedi) si c'est toujours le cas."
"J'ai eu pas mal de contacts avec Marc Rosset ces derniers jours. J'avais 11 ans lorsqu'il avait remporté le titre à Barcelone, et j'avais assisté à son match dans un club à Bâle. C'est encore bien présent dans ma mémoire. Ce serait incroyable de réussir le même exploit", glissait Roger Federer, qui aura l'occasion d'offrir à la Suisse son deuxième titre olympique en simple, vingt ans après le sacre du Genevois et douze ans après sa frustrante 4e place obtenue aux JO de Sydney.
"J'avais pensé à la manière avec laquelle je pourrais me relever en cas de défaite pour aborder au mieux un match pour la 3e place, poursuivait le Bâlois. Cela avait été presque impossible de le faire à Sydney. Dimanche, je serai plus relâché au moment d'entamer la finale car je suis sûr de glaner une médaille. Mais je ne suis pas venu pour disputer une finale. Je veux la gagner, pour la Suisse."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS