Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roger Federer (no 2) jouera dimanche sa 10e finale à Wimbledon! Il a réussi une démonstration dans la deuxième demi-finale, dominant Andy Murray (no 3) 7-5 7-5 6-4 en 2h07'.

Le septuple vainqueur du tournoi défiera dimanche à 15h (heure suisse) Novak Djokovic (no 1) pour une revanche de la finale de l'édition 2014, remportée en cinq sets par le Serbe. Tous les espoirs lui seront permis s'il évolue dans le même registre que vendredi.

En quête d'un 18e titre du Grand Chelem depuis son dernier sacre londonien en 2012, Roger Federer a marqué les esprits vendredi après-midi. A l'image de ce qu'il avait réalisé dans ses cinq premiers matches, le Bâlois fut intouchable sur son service avec 20 aces et 76% de premières balles passées. Il n'a dû faire face qu'à une seule balle de break dans cette demi-finale. Un exploit face à un relanceur de la trempe d'Andy Murray.

Roger Federer, qui effaçait cette balle de break dans le premier jeu du match, a surtout produit un tennis d'attaque flamboyant sur le Centre Court de Church Road. "Je suis incroyablement heureux. J'ai parfaitement négocié les moments importants", se félicitait le Bâlois, qui terminait la partie avec 56 coups gagnants pour seulement 11 fautes directes.

Sans cesse mis sous pression, Andy Murray craquait à chaque fois dans le "money time". Roger Federer signait le premier break dans le douzième jeu, grâce à deux somptueux passing shots de revers. Le scénario de la deuxième manche était identique, Andy Murray sauvant cinq balles de set à 4-5 avant de céder sur son jeu de service suivant. L'Ecossais résistait moins longtemps dans la troisième manche, Roger Federer le poussant à la faute sur sa première balle de match grâce à un puissant retour de service.

Présent pour la 27e fois en finale de Grand Chelem, Roger Federer mène 20-19 dans son face-à-face avec Novak Djokovic. Les deux hommes n'ont été opposés qu'à deux reprises dans une finale majeure, à New York en 2007 (succès du Bâlois) puis l'an passé à Wimbledon. Le coup n'était pas passé loin il y a douze mois, Roger Federer s'étant procuré la première balle de break de la cinquième manche. Il fera à nouveau figure d'outsider, mais Novak Djokovic devra certainement se montrer plus percutant que dans sa demi-finale face à Richard Gasquet pour conserver son titre.

ATS