Navigation

Ferry en Corée: recherches suspendues, l'équipage sous les verrous

Ce contenu a été publié le 26 avril 2014 - 17:07
(Keystone-ATS)

Les recherches des corps encore prisonniers du ferry qui a fait naufrage au large de la Corée du Sud ont dû être suspendues samedi en raison du mauvais temps. Les parents des disparus craignent de ne jamais pouvoir récupérer les corps de leurs proches.

"On prévoit pour le week-end des vents forts et de la pluie dans la zone de Jindo", a déclaré un porte-parole des gardes-côtes aux journalistes. Ces derniers jours, une météo favorable avait facilité le travail des plongeurs, mais les conditions à l'intérieur du ferry sont très dures, avec une visibilité quasiment nulle.

Par ailleurs, les quatre membres de l'équipage qui n'avaient pas encore été arrêtés suite au naufrage ont été placés en détention samedi. La totalité de l'équipage, y compris le capitaine Lee Joon-seok, est actuellement détenue.

Plus de cent disparus

Le nombre de personnes déclarées mortes s'élevait samedi à 187, selon le bilan officiel. Mais 115 restent portées disparues, coincées dans l'épave du Sewol, qui a sombré le 16 avril au matin avec 476 personnes à bord, dont 352 lycéens en voyage scolaire.

Alors qu'il ne subsiste aucun espoir de retrouver des rescapés, les proches des victimes, rassemblés sur Jindo, l'île voisine du site de la catastrophe, ont exprimé colère et frustration sur la lenteur des opérations de récupération des corps.

Avec la suspension des recherches samedi, les proches des disparus craignent maintenant de ne plus jamais pouvoir récupérer les corps de leurs proches, a reconnu le porte-parole.

Jeudi soir, un groupe de parents en colère a agressé un responsable des garde-côtes, l'accusant de proférer des mensonges. Les familles accusent les autorités d'avoir exagéré l'ampleur des secours dans leurs descriptions.

Marine américaine en renfort

D'autre part, un navire de la marine américaine spécialisé dans le sauvetage en mer est arrivé samedi à Jindo, pour aider les équipes de recherches, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.