Navigation

Ferry naufragé: la présidente sud-coréenne dissout les gardes-côtes

Ce contenu a été publié le 19 mai 2014 - 07:01
(Keystone-ATS)

La présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye, a présenté ses excuses pour le naufrage d'un ferry qui a coûté la vie à plus de 300 passagers à la mi-avril. Elle a annoncé par la même occasion la dissolution du corps des garde-côtes.

Le service de secours sera confié à une future agence de sécurité d'urgence, a-t-elle précisé lors d'une allocution retransmise à la télévision. La police reprendra les prérogatives des garde-côtes en matière d'enquête, a-t-elle ajouté.

"Je présente mes excuses à la nation pour la douleur que tout le monde a ressentie, en tant que chef de l'Etat qui aurait dû avoir la charge de la sécurité et de la vie de sa population", a déclaré Park Geun-hye.

Le ferry Sewol, qui effectuait la liaison entre le port d'Incheon, près de Séoul, et l'île de Jeju, transportait 476 passagers et membres d'équipage, dont 339 lycéens et professeurs. Seulement 172 d'entre eux ont pu être secourus.

Certains membres d'équipage, dont le capitaine, ont été vus sur des vidéos en train de quitter le navire alors que les passagers recevaient l'instruction de rester dans leurs cabines.

Park Geun-hye avait déjà présenté ses excuses en personne auprès de nombreuses familles de victimes, mais cette initiative n'a pas suffi à apaiser la colère de certains, qui continuent à dénoncer un manque de réactivité lors des événements.

Selon la présidente, les garde-côtes n'ont pas rempli leur mission de sauvetage et ne seraient pas capables, dans les conditions actuelles, de prévenir une nouvelle catastrophe. "Les garde-côtes ont continué à se développer, mais n'ont pas assez de personnel ni de budget pour assurer la sécurité maritime, et les entraînements aux secours ont été très insuffisants", a estimé Park Geun-hye.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.