Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les attaques suicide coordonnées menées par les talibans notamment à Kaboul, les plus massives en dix ans de guerre dans la capitale afghane, ont pris fin lundi après 17 heures de combats. Elles ont fait au total 51 tués, dont 36 assaillants.

Ces actions de guérilla, marquant le début de leur traditionnelle "offensive de printemps", selon les talibans, ont également fait onze morts dans les rangs des forces afghanes et quatre parmi les civils. Près de 50 membres des forces afghanes ainsi que 25 civils ont par ailleurs été blessés.

Au moins six attaques coordonnées ont visé notamment le parlement, un vice-président, la force internationale de l'OTAN (ISAF) et des ambassades occidentales dans la capitale afghane.

Hélicoptères américains

Les forces de l'ordre sont venues à bout dans la nuit de dimanche à lundi des derniers assaillants retranchés à Kaboul, au bout de 17 heures de combats, et avec l'appui des hélicoptères américains.

Ces attaques sont intervenues à moins d'un mois d'un sommet de l'OTAN à Chicago, au cours duquel les gouvernements occidentaux veulent fixer le cadre de leur soutien à Kaboul après le retrait des forces internationales combattantes prévu pour fin 2014. Les forces afghanes devront alors avoir pris le relais, une gageure selon les experts unanimes.

Les talibans, chassés du pouvoir fin 2001 par une force internationale emmenée par les Etats-Unis, ont considérablement intensifié leur insurrection ces trois dernières années. Ils ont étendu leurs actions de guérilla à la quasi-totalité du territoire, multipliant même les attaques audacieuses jusqu'au coeur d'une capitale pourtant transformée en véritable camp retranché.

ATS