Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Les Los Angeles Kings ont peut-être fait le plus dur dans la finale de la Coupe Stanley.
En quête d'un premier titre en NHL, la franchise californienne a fêté son deuxième succès en deux matches sur la glace des Devils. Vainqueurs sur le même score que lors de l'acte I (2-1 après prolongation), les hommes du coach Darryl Sutter sont invaincus en dix matches joués loin de leurs bases dans ces play-off, un record.
Los Angeles s'est imposé grâce à un exploit personnel de Jeff Carter après 13'42'' dans la mort subite. Cette réussite venait récompenser la supériorité de la franchise californienne en prolongation (11 tirs cadrés à 3). Irréprochable devant le filet des Kings, Jonathan Quick (32 arrêts) fut l'autre grand homme du match. Le gardien américain a tenu la baraque au plus fort de la domination des Devils, après leur inattendu but égalisateur survenu à la 43e minute. Il fut même aidé par la chance, un tir d'Ilya Kovalchuk heurtant la transversale à moins de 10'' de la fin du temps réglementaire.
La tâche des Devils s'annonce plus que compliquée. Les statistiques parlent clairement en faveur des Kings, 14e équipe à s'imposer à l'extérieur dans les deux premiers matches d'une finale depuis l'introduction du format "best of 7" en 1939. Onze des treize formations ayant déjà réussi cet exploit ont fini par s'adjuger la Coupe Stanley.
Plus que les statistiques, c'est le manque de punch et de créativité des attaquants-vedettes des Devils qui doit inquiéter leurs supporters. Remarquables dans les trois premiers tours des play-off, Ilya Kovalchuk et Zach Parisé passent pour l'instant à côté de leur première finale. Sauront-ils relever la tête pour offrir un quatrième titre à leur légendaire portier Martin Brodeur, brillant samedi avec 30 parades ? Rien n'est moins sûr.

ATS