Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le vieillissement de la population plombe les perspectives à long terme des finances publiques. De nouvelles projections de l'Administration fédérale des finances (AFF) sont meilleures qu'il y a quatre ans, mais plaident toujours pour des réformes structurelles.

Si aucune mesure politique n'est prise, que la population croît jusqu'à 9 millions d'ici 2060 comme le prévoit l'Office fédéral de la statistique et que la croissance réelle atteint 1%, les dépenses publiques progresseront de près de 4% pour atteindre 22,3% du produit intérieur brut (PIB).

L'endettement public s'accentuera nettement après 2020 avec le départ à la retraite des "baby-boomers" - les personnes nées entre 1946 et 1964. Au final, il s'inscrirait à 131% du PIB en 2060, tablent les auteurs de l'étude "Perspectives à long terme des finances publiques en Suisse".

10 milliards à économiser

La crise économique n'est qu'un avant-goût des problèmes posés par l'évolution démographique, a averti le directeur de l'AFF Fritz Zurbrügg. Pour éviter une lacune de financement , les collectivités publiques devraient économiser 10 milliards de francs, a précisé l'économiste Alain Geier, l'un des auteurs du travail.

L'immigration pourrait toutefois modifier la donne. Si 15'000 personnes s'ajoutaient au solde migratoire moyen prévu de 27'000 personnes, l'endettement diminuerait de 33 points de pourcentage. Les étrangers viennent en effet gonfler surtout les rangs de la population active et désamorcent le défaut de financement.

12% d'octogénaires

L'augmentation de la durée de vie devrait continuer à progresser et les personnes plus de 80 ans représenter 12% de la population en 2060. Leur santé aura aussi un impact sur le porte-monnaie des collectivités publiques.

Ces prochaines décennies, les finances de la Confédération, des cantons et des communes devront aussi faire face à d'autres risques comme les conséquences des changements climatiques, les épidémies ou une raréfaction et donc un renchérissement des ressources naturelles.

ATS