Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe FMB-BKW (Forces motrices bernoises) s'attend à essuyer une perte nette de 150 millions de francs environ pour l'année 2011. Le passage dans les chiffres rouges s'explique par un correctif de valeur nécessitant des provisions de l'ordre de 300 millions.

A l'instar d'autres acteurs du secteur en Suisse, l'entreprise bernoise explique dans un communiqué publié mardi souffrir de la "mutation profonde" qui affecte le contexte et les conditions-cadre du marché de l'électricité. Elle avait déjà annoncé la couleur l'automne passé en annonçant la suppression de plus de 250 emplois.

A l'origine, le groupe tablait sur un bénéfice net de plus de 100 millions de francs pour l'année dernière. Le correctif de valeur touche les nouveaux investissements réalisés dans des centrales thermiques fossiles à l'étranger.

Centrale à charbon en Allemagne

BKW (ou FMB Energie) attend de ces installations des recettes inférieures à celles escomptées. L'électricité produite par ces centrales est reprise au prix de revient, qui est supérieur à celui du marché, regrette-t-il. Le groupe détient des participations minoritaires dans deux centrales à gaz en Italie et dans une centrale à charbon en Allemagne.

Les FMB ne voient en revanche rien à redire sur la pérennité des valeurs comptables de la centrale nucléaire de Mühleberg et pour les installations d'énergies renouvelables en Suisse notamment.

Recul de 23,5%

Pour mémoire, le groupe avait dégagé un bénéfice net de 228 millions de francs en 2010, un montant en recul de 23,5% par rapport à l'exercice précédent. Quant au chiffre d'affaires, il avait diminué de 11,3% pour s'inscrire à 3,19 milliards.

Lundi, le groupe zurichois Axpo a indiqué qu'il allait tracer 140 emplois, alors que son bénéfice net a chuté de 89% à 45 millions de francs au terme de l'exercice 2010/2011 (clos fin septembre). De son côté, Alpiq a confirmé, mardi également, la suppression de 170 emplois en Suisse, dont 40 à Lausanne.

ATS